X
Identifiant Mot de passe
  Administrer le blog Créer un Blog ToutApprendre Test de langues
blog de Mouelle II : : : A la source de l'écume de l'âme
Monday 13 August 2012, a 02:20
The voice of the mountain - La Voix de la Montagne
 

In the shadow of the beyond

On the other side of the breath

Lives the Silence

Cooled in the heat of its sweats.

Is it possible that the petals

Still breathe the mist of the blades?

Is it possible that their limb

Still bears the beautiful blood of survival ?

   -“Put the mirror above the volcano

And admire the heart of eternal life

That glows in the matrix of the gods

Contemplate every lava

Hear the whispers of the bodies in becoming

And you will understand that nothing is truer

Nothing is bigger than Mother Nature

Except your pride, you do not dare drop at my feet.”

 

Thus spoke the mountain to the child,

Who on its flank

Sought in vain the last lilac

Placed there, an eternity earlier

Which the air, the sky and the ground

Consistently fed with salt, ash and blood.

The gods did not create the earth

To be drenched with blood

But water, which is their blood

The lilac was no more.


.:.


La voix de la montagne

 

À l\'ombre de l\'au-delà

De l\'autre côté du souffle

Vit le Silence

Dans le feu de ses sueurs refroidi

Est-il possible que les pétales

Respirent encore la buée des aubes ?

Est-il toujours possible que leur limbe

Porte le beau sang de la survie ?


--- « Pose le miroir au-dessus du volcan

Et admire le cœur de la vie éternelle

Qui rougeoie dans la matrice des dieux

Contemple chaque lave

Écoute les murmures des corps en devenir

Et tu comprendras que rien n\'est plus vrai

Rien n\'est plus grand que Mère nature

Sauf ton orgueil que tu n\'oses

À mes pieds déposer.»

 

Ainsi parla la montagne à l\'enfant

Qui sur son flanc

Recherchait en vain le dernier lilas

Planté là il y a des siècles

Que l\'air, le ciel et le sol

N\'ont plus nourri que de sel

De cendres et de sang.

Les dieux n\'ont pas créé la terre

Pour qu\'elle s\'abreuve de sang

Mais d\'eau qui est leur sang.

Le lilas n\'était plus.

 
 


Thierry Mouelle II

Friday 04 March 2011, a 10:56
MANAGING THE INNOVATION PROCESS
 

Abstract

This paper strives to assess the issues linked to the different steps underpinning the move from the imagination stage to that of innovation. It begins by explaining what it means to innovate or create, then proceeds to the processes for creating ideas. The final section emphasizing strategies for business improvement in a France Paris-based bank is not proposed in this version due to evident confidential matters.

Introduction

This research paper strives to assess the issues linked to the different steps underpinning the move from the imagination stage to that of innovation. After decades of dealing with various growth strategies and the mitigated results of their applicability, academics as well as practitioners came up with another approach they considered a key causative agent of creativity within organizations: the process for creating ideas. Used as a catalyst of unbridled imagination among the workforce, the idea generation approach is a socio-psychological mechanism that gathers everything and anything in a sort of virtual basket of ideas. The process includes a meticulous selection of ideas and systematic sorting whose purpose is to generate a pattern of thematic corpus. As it provides strategists with a wide range of ideas they can utilize to eventually create inimitable novelties, the method seems to meet a certain success within firms. Therefore, as a ground-breaking trend, the question is not to know how long it is going to last within the strategists' observatories but how, why and when exploring its development quintessence would be valuable for profit-seeking organizations. In other words, how could a company use the process of creating ideas to gain a competitive edge? That is, what type of mechanisms would be necessary for carrying out a dynamic form of idea creation that could be transformed into corporate "drivers of uniqueness" (Johnson and Scholes, 2002)?

What it means to innovate

Biologists often say that the difference between a human being and the honeybee -both considered master builders- is that man carries his home in the head, what a honeybee is unable to do. Imagination, which is the human faculty for generating abstract forms and ideas, thus becomes centric to what Immanuel Kant (1871) calls mind category (Kant, 1871), and confirms mankind as an animal capable of living imagination that one can use as a core tool for asserting their difference and creativity. This creativity principle, in anticipating what has not yet materialized, strengthens Kant's idea according to which "The purpose principle is not constituting but regulating". Meaning, our ability to forecast is not intrinsically the closing stage of our intelligence but merely the way through which reaching an outcome is made possible.

Appreciating better than most that imagination - the psychological process of forming images and concepts -is the mother of all that is possible, Carl Gustav Jung (1916) enriched the concept with a new sense as he linked it with the term Active. Part of his theory on the structure and psychological dynamics, also called analytical psychology, Jung's Active Imagination is to be seized as the mechanism through which we give tangible form to the contents of our Unconscious. It attempts to materialize images rising from uncontrolled sources such as our Unconscious, while using our wakeful conscience as a screen by which we read and transform these images into conventional forms. These forms can be intangible (concepts or schemes) or tangible (material inventions). If we can hardly answer the question of where precisely our ideas come from, we can at least operate in such a way as to align them with our intent to build uniqueness within our daily environment. Far from being exclusively a clinical method used to free the individual inner-self, Active Imagination acts intrinsically as the generator of creativity and innovation. We fix our attention on our emotion and fantasies, and then let them develop freely. The ways in which we use imagination to assess problems we face, and the resulting outcomes, determine its intrinsic value. Consequently, to innovate means to go beyond the exclusive stage of the imaginative process, to attain its implementation and real value-added.

In profit-seeking organizations, innovation processes carry additional complexities as they include the workforce profile and commitment, the corporate culture, the management style and human resources management values. It is all about how involved the whole organization would be in the idea of change and productivity improvement.

Research shows that an innovation process that is unable to find its source inside the firm hardly ever succeeds. For Prahalad et al., as no company has all the resources it needs to create unique personalized experiences, and that all companies have to access talent, components, products and services from the best source (C.K. Prahalad and M.S. Krishnan, 2008), workforce constitutes the company's principal resource and capability. To be reach peak efficiency, the process for creating ideas must to be launched within the employees. In an operational and productive context, the utility of imagination gains its real weight only if it is measured through the value-added it is likely to generate and the way it will transform the company's tangible or intangible assets into what Schumpeter (1950) calls monopoly profits. In other words, the best idea will remain just a good idea until its materialization offers some suitable use.

Jeffrey Baumgartner (2009), founder of Bwiti bvba a Belgium Brussels-based company that works for organizations' innovation and creative improvement, reinforces the idea of workforce's inference in innovation processes. "For any corporate innovation initiative to succeed, it is important that it is aligned with corporate strategy" (Baumgartner, 2009 a). Senior managers have to handle the process as they will first agree on the necessities for the company to take the way of change, and then involve the workforce in the change process.

Baumgartner is preventive when he specifies that "When middle managers or innovation consultants reporting to middle managers take charge of innovation activities, there is a good chance that these actions will generate many good ideas, but few of those ideas will be relevant to [the] business's strategic aims" (Baumgartner, 2009 b).

Therefore the question becomes: which types of procedures could a company use to shift from the idea creation stage to that of its implementation?

Processes for creating ideas

General de Gaulle had found an expression to explain the creativeness of conquering French mind: "We do not have oil, but we have ideas", he said in the middle of 1970s, at the height of the oil boom and self-importance on part of the oil-producing countries. What history kept later, was his launching of a policy of systematic canvassing of the oil-bearing territories across the world, including in Asia, Latin America and Africa. A policy of training engineers in petro-chemical disciplines, strongly subsidized by the French State, will constitute the basic application of what De Gaulle considered a vision: making France an oil-producing country without having the single drop on its own soil. The process of generating ideas and implementing them is not always that simple. De Gaulle was a leader with flourishing ideas. As the Head of State, he had all the political, economical and financial means that facilitated their launch. This is not always the case, especially when it is a question of finding original ideas within profit-seeking organizations to gain a competitive edge. To fill the lack of creative initiatives, researchers such as The Vancouver Research Group (VRG) thought of a specific brainstorming method involving five to eight participants. The session is organized in such a way to allow every participant “to generate as many ideas they can think of regarding a particular subject Then, someone jots down all the ideas for later review. The crux of the technique relies in delaying evaluation of the ideas during the generation phase. By delaying criticism and evaluation, the quantity of ideas will multiply" (VRG, 2004). The process relies on a quantitative approach from which a strategic selection will provide the variants (Tidd et al., 2009) likely to inspire organizational growth.

To exploit the brainstorming process efficiently, instead of having a person to note down all the ideas and further sort them, Gallupe et al. (1993) have proposed the usage of Electronic Brainstorming (EBS). According to them, groups using EBS mechanisms are much more productive than those using the long-established oral face-to-face brainstorming. EBS allows a wide range of dispersed people to interact. It permits anonymous generation of ideas; reduces production blocking and the participants fears being publicly evaluated. The authors have observed that production blocking occurred when a participant has an idea but someone else is talking. When their turn comes, the idea is forgotten and they think the idea is superfluous or juts not that interesting (Gallupe et al., 1993 a).

Speaking of evaluation, they experienced the fact that people were extremely anxious about the their self-image in case of error; they care about what people would say of them if the idea proposed was not that brilliant. As a result, we don't want to say things that may get us labeled as odd (Gallupe et al., 1993 b). Meaning, we control our volubility and the free course of our production of ideas. We restrain our freedom to express what comes to us automatically. We lose in effectiveness. The anonymity is thus a point for the EBS system against the traditional face-to-face, oral brainstorming. Additionally, the EBS process allows computerized networks to generate, disseminate, evaluate, and act on ideas. Through specific Electronic Brainstorming tools such as Software-Assisted Meeting Management, TeamFocus, Vision Quest or GroupSystem (Gallupe et al., 1993 c), participants are called to enter their answers to questions such as: How could we, the company, increase our sales? The system then gathers all the ideas generated. The second phase consists of editing them; that is to categorize them by key words, eliminating redundant ideas. The next step will be that of evaluation. The monitor through the computer will assess their quality and rank them in order before their implementation. Implementation phase lies on several steps, including the action generation, the sequencing, and the identification of responsibilities. The last phase will obviously be that of action. We have to keep in mind that an efficient process of innovation is not just good ideas, it is a combination of good ideas, motivated staff and an instinctive understanding of what customer wants (Branson, 1998).

Alain Pinsonneault et al. (1999) doubt about the efficiency of the EBS process. Reporting on the experimental results published by laboratories comparing the productivity of EBS with that of nominal brainstorming, they reached the conclusion that the process gain versus process loss advantages of EBS technologies may not be large enough to enable EBS groups to outperform nominal groups (Pinsonneault et al., 1999). Moreover, they said, experimental studies done on four samples making use of brainstorming techniques (nominal, EBS-anonymous, EBS-nonanonymous, verbal) showed that people using nominal brainstorming did better than the groups using the other three brainstorming methods in terms of qualitative and quantitative production of ideas.

Based on the above oppositions, we are far from reaching a consensus. Researchers apply themselves to showing the operational limits of the technique they don't value. As such, it becomes difficult for a corporate practitioner to choose the approach more "profitable" and relevant to the company size and business model. In a constant research process of creativity, the purpose is not simply to have the best idea, but to know the limits up to which it is possible to push back the frequency of what Schumpeter calls the process of creative destruction. It is all about knowing how creative we are going to be in proposing our newness to the market, and how long it will last as newness before it is replaced by the next innovation that will force us to reconsider old rules and taste.

Other idea generators exist, such as TRIZ , the Russian acronym of Theory of Inventive Problem Solving. Unlike the brainstorming techniques, it invests in the definition of the object of study instead of operating as a tool that gathers dispersive ideas in response to a specific question. It just considers the problem and builds an abstract categorization around it, allowing problem solvers to test solutions against other, non-linked issues that have analogous abstract definitions. Thus, it seeks to apply the same solution to comparable problems. TRIZ provides inventors with a rather quick and organized way to learn about previous patents without the need of researching each and every patent independently.

Metaphors have also been used as originator of new ideas. The technique consists in searching solution solving in nature. The principle is to wonder about how nature could solve the problem we are facing. We then build a bridge between the issue and the example in nature.

CONCLUSION

In definitive, as shown above, there are several techniques that can be used to generate ideas in order to gain a competitive edge. Some are fastidious or complex by nature; others appear simple but require full attention as to how they could be efficiently implemented. All the techniques require time, people, and above all a comprehensible purpose. Therefore, it is up to every company to find the process that fits, depending on its strategic need and the urgency of its necessity. What matters is to continuously pay attention to our imagination and we will discover all we need to be fulfilled, said Albert Einstein. Whether for an organization, an individual or for the world in general, structural problems we face cannot possibly be solved by skeptics or cynics whose horizons are limited by the obvious realities. We need men who can dream of things that never were, spryly underlined John F. Kennedy. These viewpoints applied to a profit-seeking entity give a good impulse to initiative takings and creativity but do not suffice in guaranteeing a commercial success.

REFERENCES

Baumgartner, J. (2009) How to align innovation with your corporate strategy http://www.innovationtools.com/Articles/EnterpriseDetails.asp?a=467

Branson, R. (1998), DTI Innovation Lecture quoted by Tidd, J. and Bessant, J. (2009), Managing Innovation, Integrating Technological, Market and Organizational Change op.cit.

Day, Georges S. and Schoemaker J. H. (2005), Scanning The Periphery, Havard Business review, 2005 pg 135-148

De Wet Fourie, L. (2008), Establishing a culture of Entrepreneurship as a Contributor to Sustainable Economic Growth. Journal of Global Business and Technology, Volume.4, Number 2, Page 34, Fall 2008.

Gallupe, R Brent; Cooper, William H(1993), Brainstorming Electronically Sloan Management Review; Fall 1993; 35, 1; ABI/INFORM Global page 27


Kant, I. (1996), Critique of Pure Reason, Hackett, ISBN 0-87220-257-7

Morris, Michael H. & Kuratko, Donald F. (2002), Corporate Entrepreneurship Entrepreneurial Development within Organizations, THOMSON SOUTH-WEST pages 5, 87 and 152.

Mouelle, T. (2009), Assessing My Personal Entrepreneurial Thinking, A Classification analysis.

Pinsonneault, A., Barki, H., Gallupe, R.B., Hoppen, R. (1999) Electronic Brainstorming, the illusion of productivity, Information System research, Vol. 10, N°2, June 1999.

Prahalad, C.K. and Krishnan M.S (2008), The new age of Innovation, Driving Co-created Value through Global Networks, MC Graw Hill, New York.

Schumpeter, J. (1950) Capitalism, Socialism and Democracy, Harper and Row, New York.

The Critique of Pure Reason (German: Kritik der reinen Vernunft) was first published in 1781. The second edition is dated 1787.

The Vancouver Research Group (2004), Managing Innovation. A report on 15 Best Practices from the Leading Innovators in the World. Report 2004-0209

Tidd, J. and Bessant, J. (2009), Managing Innovation Integrating Technological, Market and Organizational Change, John Wiley & Sons Ltd, West Sussex, England.

Van Gundy, A. (2007), Getting to Innovation: How Asking the Right Questions Generates the Great Ideas Your Company Needs, Amacom, NY


(c) Thierry Mouelle

Paris, December 2009

Sunday 12 September 2010, a 13:28
Journaliste, consultant en communication, littéraire, conseiller d'affaires, poète... Thierry Mouelle II est un multicartes
 

Par Ingrid Alice NGOUNOU -
Pour www.journalducameroun.com et Mutations (quotidien d'information générale paraissant à Yaoundé, Cameroun)*

02/08/2010

Alors qu'il vient d'obtenir un International Executive MBA qui lui ouvre d'autres horizons, il a accepté de nous parler de lui. Entretien

 

Pendant longtemps journaliste et Conseiller en communication stratégique, on vous a retrouvé dans la peau d'un romancier avec « Le Pharaon Inattendu », un livre bien accueilli par les critiques. Aujourd'hui Consultant en Management International, vous êtes, entre autre, titulaire d'un International Executive MBA. Et si on vous demandait, qui est Thierry Mouelle II ?


Je suis né au Cameroun il y a une quarantaine d'années et je vis actuellement à Paris. J'ai commencé ma carrière professionnelle comme journaliste politique et économique même si j'ai toujours versé dans la sociologie, la sémiologie, la philosophie et la poésie. J'ai embrassé le journalisme par la passion du partage de la connaissance et de l'information. J'ai travaillé à la CRTV radio pendant trois ans. Ensuite, j'ai été recruté comme chef des services politique et économie à Génération, un hebdomadaire d'enquêtes et d'analyses qui paraissait à Yaoundé. Je travaillais aux côtés de feu Vianney Ombé Ndzana, Directeur de publication; Maurice Kamto, Administrateur délégué, feu Mongo Béti, Éditorialiste et Ambroise Ebonda, chef des services société et investigations. Je me suis assez vite rendu compte que la ligne éditoriale affichée contrastait profondément avec la réalité interne du journal.

Que s'est-il passé par la suite ?


J'y ai passé deux ans et je suis allé créer mon propre journal, Grands Horizons, un bimensuel. C'est à cette même époque qu'Ambroise Ebonda est également parti au journal Le Messager comme Rédacteur en Chef. Dans le contexte de remous sociopolitiques de l'époque et les sacrifices que cela demandait en termes de courage de positionnement, certaines grandes plumes du paysage médiatique camerounais, pour l'entretien de leur talent, d'autres pour m'apporter leur aide, ont contribué qualitativement au journal bien que ce fût essentiellement sous des pseudonymes. À ma satisfaction, ils estimaient que le ton et le format périodique de Grands Horizons étaient plus à même d'aller au fond des sujets. Quelques acteurs de la vie publique, ou du moins ceux qui souvent se présentaient comme tels, virent notre approche d'un mauvais œil. Vous savez, beaucoup d'actes légalement ou moralement répréhensibles sont souvent posés par des individus zélés ou de moralité douteuse et qu'une certaine presse, par facilité, a tôt fait de mettre sur le dos personnel du Chef de l'État. J'en ai eu plus d'une preuve à l'époque. Ces acteurs politiques usaient de tout, y compris de la violence, pour que leurs abus ne soient pas rendus publics. Certains de ces acteurs sont aujourd'hui décédés ou ne sont plus au pouvoir par effet de renouvellement de l'élite gouvernante, d'autres sont en prison pour des actes que nous dénoncions déjà à l'époque.

 

Et comment cela se passait du côté de l'Opposition ?


À l'analyse, on avait du mal à cerner ses vraies motivations. En dehors d'une très forte agitation dans la rue, sa feuille de route politique manquait de clarté, comme si elle ne savait que faire du statut qui faisait d'elle, comme dans toute démocratie, l'incarnation « naturelle » de l'alternance. Beaucoup égrenaient une liste d'écarts politiques et socioéconomiques, qu'à leurs yeux, le Pouvoir ne cessait de creuser, ce qui était loin de les dédouaner des mêmes pratiques décriées. L'on avait l'impression qu'il s'agissait d'un règlement de compte entre princes d'une même famille, ou des leurres censés nous détourner de la priorité essentielle: la consolidation des frêles acquis démocratiques. Nous sortions à peine de longues années de censure administrative et de liberté sous contrôle! Directeur de journal, je rencontrais des décideurs au Pouvoir comme au sein de l'Opposition. S'il était clair pour le Pouvoir qu'on ne gère pas un État comme on gèrerait une épicerie, et que l'instabilité de la conjoncture économique internationale exigeait de réajuster constamment les plans de croissance de l'économie nationale et de redéfinir les priorités budgétaires, du côté de l'Opposition, j'avais fini par me lasser d'entendre le même slogan « Biya doit partir ». A la question de savoir ce qu'ils feraient à la place, vu la pertinence des arguments avancés par le Pouvoir pour justifier la flexibilité de ses actions, la réponse rendait perplexe : « Qu'il parte d'abord, ensuite on verra ».

A votre avis, quelles étaient les raisons d'une telle attitude ?


Peut-être une panne d'imagination ou l'Opposition manquait-elle de clairvoyance politique. Un troisième facteur y a sans doute joué un rôle clé: l'absence d'une vision stratégique à la fois globale et séquentielle dans l'esprit des décideurs. Tout le monde ne voyait pas demain comme un jour à construire, mais comme une fatalité. Demain sera là, quoiqu'on veuille. Peu importe son contenu. De même qu'il était de mon devoir d'analyser avec froideur ce que les faits me poussaient à relever comme sujets de dangerosité quant à la cohésion nationale, ce qui devait attirer l'attention des gouvernants, de même je ne faisais aucune concession au manque de responsabilité de certains membres de l'Opposition. Dans le cadre de mes missions de Consultant en Communication Stratégique, j'ai fait une série de propositions sur ce que devrait être la gestion stratégique de quelques dossiers conflictuels, et comment le marketing politique du Cameroun pourrait être envisagé sur le plan international pour donner de la voix au droit qui était déjà de notre côté sur ces sujets précis.

Comment ces propositions ont-elles été accueillies ?


Favorablement. Les politiques qui m'avaient approché me savaient conscient du caractère sensible de ces dossiers. Je partageais avec eux l'idée que lorsque le pays était attaqué dans son intégrité, il revenait à chacun de ses enfants de le défendre sans réserve, chacun avec ses armes, mais coordonnées par le décideur suprême, le Chef de l'État. J'appelle cette période, l'État d'Urgence Patriotique. Une fois la paix et la sécurité restaurées, chacun pouvait reprendre ses activités normales. En ce qui me concerne, il s'est toujours agi de séparer mes activités de Directeur de journal de celles de Consultant en Communication. Certaines personnes cernaient mal la différence, tant au sein du Pouvoir que de l'Opposition. Pour elles, un journal ne pouvait être indépendant que d'un bord et non de l'autre. Être indépendant des deux, était absurde. Le clivage informationnel était tel que pour beaucoup, on devait être soit du côté du Pouvoir, soit de celui de l'Opposition. Un peu comme devant un pavé mosaïque en noir et blanc, je quêtais perpétuellement la zone grise. Certains donnaient au mot « indépendance » le sens politique de sortie d'un système d'asservissement (ou de refus du futur asservissement qu'ils voyaient venir avec l'Opposition) et non celui d'absence de parti pris. L'indépendance journalistique se résumait à saper l'action du Gouvernement, ou celle de l'Opposition, peu importait sa pertinence. Certains journalistes dits « indépendants » se faisaient ainsi les principaux porte-voix du programme « Biya doit partir » imaginé par l'Opposition. Ou celui, simpliste, de « Fru Ndi est un illettré », imaginé par des universitaires proches du Pouvoir. À la suite de quoi, des directeurs de journaux « indépendants » se sont vu ministre des finances, du budget ou de Responsable de la Communication Présidentielle de l'après-Biya qu'on disait alors inéluctable. Certains journalistes « indépendants » eux aussi, mais travaillant pour le Pouvoir, se mirent à attendre les fruits de leur « indépendance » en traquant la moindre rumeur relative à leur nomination à la tête de la Sopécam, la CRTV, ou même, bonheur suprême, leur entrée au gouvernement. J'étais de ceux qui décriaient cette indépendance dépendante. Mais le Cameroun n'était pas prêt pour une information dépassionnée ; je ne sais pas s'il l'est déjà. Quelques professionnels comme Mutations ou Le Jour, montrent la voie. Le ministère de tutelle s'échine à clarifier le jeu, mais ce n'est pas facile. La course à la mangeoire n'a jamais épargné les milieux de la presse camerounaise.


Et puis vous avez quitté le Cameroun. C'était en 1998. Voulez-vous revenir sur les circonstances de ce départ ?

Non, le passé, c'est le passé. Seul l'avenir m'importe et je compte y intégrer tout le monde de bonne volonté. Ce n'était pas facile de venir d'Afrique et se faire accepter dans le cercle élitiste de journalistes français. J'avais vingt-neuf ans. Mon parcours rapide faisait peser un soupçon de faux sur mon CV. Parfois, je me sentais presque coupable d'être ce que je suis. Je fais à peine quelques piges dans les journaux associatifs qui souvent « oublient » de payer. J'écris pour un grand quotidien pour une saison ; je vends du contenu aux groupes de presse et de l'audiovisuel. Exercer en tant que journaliste en France quand on est d'origine africaine est extrêmement difficile. Ce n'est pas déjà facile pour les nationaux qui peuvent rester des années simples pigistes ou intermittents de spectacle alors qu'ils sont de vrais professionnels.

Comment avez-vous réagi face à ces difficultés ?

Il fallait opter pour de nouvelles perspectives avec des références françaises. Je suis retourné à l'Université pour faire un Bac+5 en informatique, réseaux et gestion de projets. Cela m'a permis plus tard d'administrer et de diriger la rédaction du site www.Africafoot.com pendant quelques temps de même que celle de la chaîne de Télévision 3A Telesud, où j'ai travaillé à la refondation de la formule en tant que Rédacteur en Chef et éditorialiste.

Et puis, une rencontre va tout changer. Radicalement. Racontez-nous.

À l'occasion d'un dîner-débat dans lequel j'intervenais sur l'économie internationale, je fais la connaissance d'un haut responsable de la Société Générale. Mon parcours l'intéresse, et il me recrute comme analyste chez Groupama Banque, une joint-venture que la SG mettait sur pied avec le géant de l'assurance Groupama. C'était fin 2002, début 2003. Formé à l'ouvrage et suivant des stages appropriés, je suis référent dans une équipe d'analystes de crédits. Je passe ensuite responsable des crédits aux particuliers, aux PME agricoles et aux Travailleurs Non Salariés, dès lors que ces crédits franchissent le seuil de 21 500 euros ou que le profil du client s'avère atypique et requiert une analyse de risque plus approfondie. En 2004, j'ai pour mission d'étudier et de proposer à la banque les mécanismes de mise en place de nouvelles normes de gestion de risque telles qu'émises par le Comité de Bâle, notamment Basel II, volets I & II. Basell II contraint les établissements à réorganiser en profondeur les métiers, à créer de nouveaux services, et à élever le niveau de formation et de sensibilisation aux fraudes et blanchiments d'argent. La systématisation de la diffusion du savoir au sein de la banque devient un facteur de sécurité, de qualité et un sérieux gage de fidélisation de la clientèle.

Votre transition du journalisme à la banque semble donc définitive.

En effet. Les bases du projet Basel II posées, je suis chargé par le Directoire de créer une Unité de Management de la Connaissance, en 2006. Le projet exige une forte connaissance des métiers de la banque en général, la gestion des bases de données dynamiques, les réseaux informatiques, et un savoir-faire rédactionnel. À l'ouvrage, je réalise le degré d'interrelation conjoncturelle existant entre les métiers de la banque et les métiers de l'assurance des biens et des personnes. Dès la fin des années 1990, les banques avaient débordé de leur périmètre traditionnel d'établissements de crédit pour rogner dans le domaine réservé des assurances dans le but de saturer la clientèle. Ce nouveau modèle économique appelé bancassurance, très étendu au sud de l'Europe, et quasi inconnu aux États-Unis et au Japon, a fortement contribué à l'atténuation des effets du crash financier de 2008-2009 sur les banques françaises.

Comment la bancassurance a-t-elle pu amortir le choc du crash financier en France ?

Le fait d'avoir une réserve de liquidité décentralisée dans leurs Unités d'Affaires Stratégiques que sont les comptoirs d'assurance, a permis aux banques françaises de garder une main sur l'économie réelle, contre la volatilité de l'économie spéculative des fonds de pensions issue du model de Wall Street. Elles ont pu ainsi contrebalancer les pertes. Le revers de la médaille, c'est que la bancassurance, en empiétant dans le domaine réservé des assureurs classiques, a contraint ces derniers à réagir. C'est ce qui poussa Groupama Assurance à requérir un mandat IOB (Intermédiaire en Opérations Bancaires) et à imaginer la création d'une banque en 2001.

Cette fois, il s'agit de l'assureur qui se fait banquier ?

Oui, et cela s'appelle de l'assurbanking. Mais les assureurs supposés distribuer les produits bancaires dans leur réseau n'y connaissent rien ; les banquiers qui devraient vendre l'assurance selon le model de la Banque Directe (sur Internet), et non au sein des comptoirs d'Unités Stratégiques, ignorent les mécanismes complexes des risques d'assurance. Le déploiement de ce nouveau modèle économique est donc difficile. Les managers, manquant de repères, compilent les process de la banque et ceux de l'assurance. Ce qui conduit au ralentissement du rythme de croissance ou simplement à l'échec. Il y avait donc matière pour mener des études scientifiques dont les résultats serviraient de base conceptuelle aux PME et PMI évoluant à l'ombre de multinationales, et au-delà, de charpente stratégique pour toute entreprise ou organisation désireuse de bâtir une stratégie de croissance rentable et pérenne.

Ce fut votre sujet de thèse de l'International Executive MBA ?

Oui. En l'élargissant au concept générique de Stratégies de croissance, ma contribution m'a valu d'obtenir mon diplôme avec la mention « Honors » au sein de ISM- International School of Management, une école de management américaine basée Paris, New York, Tokyo et Shanghai. Mon immersion au sein des multinationales comme Panasonic, Toyota, AT&T, WDT, Banque of America pendant de nombreux mois, m'a familiarisé avec les solutions-conseils adaptées à l'identification ou la réorientation stratégique des entreprises dans leurs différents cycles de croissance. Mes recommandations ont été suivies à la lettre.

Vous avez donc basculé complètement dans une nouvelle vie professionnelle ?

Oui, j'ai rassemblé mes 19 ans d'expérience professionnelle transversale pour devenir Consultant en Business International et en Management Stratégique International. Mais rassurez-vous, je continue d'écrire des romans et des poèmes. C'est ce qui restera, quand tout sera fini. La Porte Secrète du Pharaon, mon prochain roman, paraît très bientôt.

Pour terminer cet entretien, un mot sur le Cameroun de votre enfance

Le Cameroun de mon enfance c'est d'abord beaucoup de musique, Francis Bebey avec sa superbe chanson "Agatha", Tokoto Ashanti avec son tube "homme de chèvre", les Black Styll. C'était le règne continental du makossa, du Mangambeu avec Pierre Didi Tchakounté, Talla André Marie. Il y avait aussi Rachel Tchoungui, Eboa Lottin... Il y avait la radio, Radio Cameroun, avec des voix comme Samuel Ebanda, André Ngangué. C'était la belle époque avec des plaisirs simples et beaucoup d'imagination pour qu'on ne s'ennuie pas. Il n'y avait ni télévision ni Internet. Tout était vrai, réel, même l'amitié.
______________________
* Cet entretien a été intégralement repris par le quotidien Mutations dans son édition du 6 août 2010 sous le titre:
 "Thierry Mouelle II : La course à la mangeoire n'a jamais épargné les milieux de la presse camerounaise"

Sunday 08 August 2010, a 19:40
Les Mots Dire
 

Venez, regards des mots

Venez sens et contresens

De la parole et du sens

Si mes mots vous sont muets

Prêtez-leur de vos lèvres

Qu'elles claquent

Et qu'ils signifient.

Là, l'homme viendra

Tenant sa verge de non-sens

Comme le chasseur sa sagaie

Fendant les chairs

Comme la hache les bûches d'hiver

Et les rondeurs

Ces politesses jamais assouvies

Soupesées au gré de l'appel ou du rejet

Glousseront dans le lit des astres

Comme un espadon

Jamais ivre de ses galants plongeons.

Venez donc

Mots du désir, du plaisir ou du dépit

La plus belle ardeur restera toujours

La demande d'audience

Le feu d'artifice est une farce

Que les dieux

Ces vieillards déjà flasques

Ne cessent de jouer à nos sens

Pour qu'aussitôt vides du bas

L'envie mieux encore rejaillisse du haut

Semblable à une cruche qui

Par la pierre inattendue trouée

Tient son bonheur

D'être un jour pleine.

Venez, mots du destin

Venez, miroir de la fatalité

Que l'homme qui ne s'y prend avance d'un pas

Le désir est un salaud.


© TM II

Monday 24 May 2010, a 20:41
Indépendance*
 

brusquement

le ruisseau confia les pirogues au jour levant

jetant les proues galvanisées à l'assaut

des tourbillons lents des mamelles du temps

afin que les vagues échouées sur la berge

aident les éplorés et les désespérés

à mieux attendre que le soleil des hauteurs du ciel

irradie de sourire le foyer des veuves

et entonne le chœur de la liberté sur les lèvres des orphelins

 

alors

que les voix d'allégresse jaillissent

ela o ela !

qu'elles se fassent entendre

ela o ela !

l'espoir est né du sang de ceux qui ont donné leur vie

à l'étreinte des étoiles qui désormais content leur bravoure

au doux chant de la course du destin

ela o ela ! ela ! ela !

 

j'entends la voix du bois sacré

j'entends le murmure des fœtus 

qui appellent à sculpter de nouveaux traits

qui nous éloignent définitivement

de la vase des temps de l'asservissement

 

que chaque dette soit inventoriée et payée

que chaque bouche mange

que chaque main s'occupe

que chaque plaie trouve l'onguent qui la cicatrise 

que la liberté acquise ne paisse plus dans le pré de l'espoir

mais sustente la pierre dans laquelle nos actes se gravent

pour que la voix de l'âme entende encore la voix du bois sacré

et vous, le murmure des fœtus de récente fécondation

 

car ma chair

mon sang

mon âme

charrient encore l'écume de lentes nuits de mortification

quand nos millénaires boucliers d'architectes du destin

sont dépouillés par de canines âmes au venin conspirateur

qui dans l'avarice, la médisance et l'amour des ors de l'immédiat

voient les radicelles de notre nouvelle vue de l'esprit

 

mais venue des profondeurs des eaux, de la terre, du feu et de l'air

la Voix des essences sacrées s'étale sur la feuillée transpirante et dit :

« que les iconoclastes qui étranglent l'identité de nos êtres

avec l'opprobre et la voracité de fourmis carnivores

sachent que les âmes pures de nos pères

les précipiteront dans les abîmes de l'oubli éternels

oui, les abîmes éternels » 

 

Poème traduit de l'original en langue duala « Mbensan Na Muenen » par l'auteur

© Thierry Mouelle II


Saturday 13 May 2006, a 15:14
Je suis Neferâ
 

 Je suis Neferâ

 

Les miroirs du temps se sont ouverts

Au-devant de moi ce jour

Et mon visage comme mon âme

Ont souri au soleil qui m'accueille

Je suis Neferâ

Qu'il me soit donné que l'amour soit

Qu'il vive, rayonne, et la vie coulera

Entre l'homme et l'homme et les êtres

Autant que la sève des étoiles d'où je viens

 

Que la langue et la voie de mes pères

Montent de nouveau sur la cime de l'existence

De même qu'il en a été au temps de leurs temps

Ainsi qu'ils me l'ont dit alors que je venais

 

Je suis Neferâ

Mes yeux chantent la lumière

Mes paumes dansent le parfum des anges

Mon cou dessine le pas des guerriers de la paix

En ma poitrine résonne le tambour des âges

Dans lequel les regards et les sceptres divins

S'illuminent d'étoiles impérissables

 

Je suis Neferâ

Et père m'a dit que mon pied droit

Marche sur l'empreinte des seigneurs

Le gauche frémit sur la paille sacrée

Mon front s'ouvre aux magies des sourires

Soustraits à la pâle souillure des hommes

 

Alors, que viennent les miens

Que les pieux s'assoient

Qu'en ce triangle de pierres les cœurs solidifient

Les ferments d'espoir en peur dans les couloirs sombres

De ce monde qui m'accueille et déjà me soupçonne

 

Qu'ils fermentent l'humus de l'être en devenir

Et je dirai : j'aime que soit vieux mon regard

Car ma vie redit la vie de ceux pour qui je suis ici

Je suis Neferâ

Que le bien en vous bénisse ma venue

 

 

Mouelle II

 

Friday 12 May 2006, a 23:04
Le mauvais bain
 

Et puis je t'ai dit « Quittons le ciel

Les nuages sont arrivés

Le parapluie

Donné par les filles de la destinée

Prend de l'eau de part en part

La noyade est imminente. »

Tu m'as dit

L'eau sur les hanches

« Là-bas dans la cendre qui brûle

au cœur du royaume de ronces et de dards
Je connais un coin de paix

Où l'amour fait des miracles. »

Mais pourquoi

Le voyage dans ce bel enfer

Est-il si lent

Si douloureux

Pourquoi ne s'achève-t-il toujours

Que pour recommencer encore

Encore et encore ?

Tu m'as dit

« Tends-moi le cœur

La passerelle sera plus souple

Le choc à deux

Plus beau, sans douleur. »

Ton corps collé au mien alors

Ta voix de charme endormante

M'a fermé l'iris

Et j'ai tout seul

Sauté dans le puisard d'épines et de barbelés

J'attends toujours

Le nouveau soleil promis

Dans ce bain de nuages sanglants

Mortels.

Reste à ces deux ou trois fleurs sèches

Égrenées à mes pieds

De chanter en boucle la grandeur de ma naïveté

 - Qui a dit que le soleil n'a à briller

Que toujours pour plaire ?


Le bonheur est le plus grand malheur de l'homme

 

Mouelle II

 

 

 

Saturday 28 March 2009, a 11:06
Le mauvais bain
 

Et puis je t'ai dit « Quittons le ciel
 Les nuages sont arrivés
Le parapluie
Donné par les filles de la destinée
Prend de l'eau de part en part
La noyade est imminente. »
Tu m'as dit L'eau sur les hanches
« Là-bas dans la cendre qui brûle
au cœur du royaume de ronces et de dards
Je connais un coin de paix
Où l'amour fait des miracles. »
Mais pourquoi
Le voyage dans ce bel enfer
Est-il si lent
Si douloureux
Pourquoi ne s'achève-t-il toujours
Que pour recommencer encore
Encore et encore ?
Tu m'as dit « Tends-moi le cœur
La passerelle sera plus souple
Le choc à deux
Plus beau, sans douleur. »
Ton corps collé au mien alors
Ta voix de charme endormante
M'a fermé l'iris
Et j'ai tout seul
Sauté dans le puisard d'épines et de barbelés
J'attends toujours
Le soleil promis
Dans ce bain de nuages sanglants Mortels.
Reste à ces deux ou trois fleurs sèches
Égrenées à mes pieds
De chanter en boucle la grandeur de ma naïveté
 - Qui a dit que le soleil n'a à briller
Que toujours pour plaire ?


Le bonheur est le plus grand malheur de l'homme

 
 Mouelle II  

Monday 29 December 2008, a 22:57
Le Miroir des Mots
 

Souhaite donc, mon âme

La bienvenue au regard des mots

Bienvenue au regard des mots

Que le temps observe au-dedans de moi

Depuis longtemps

Très longtemps

Parle en moi

La langue de l'autre moi

Que j'écoute en ses bruits centenaires

Comme un muet témoin des résonances

Des lauriers grisonnant

Et des cors verdis par la longue marche

Des ronces et des jarres de lait vidés

Parle

Que de l'isoloir de mon âme secouée

S'entendent les causeries et les chants du dedans 

Pour tous ces ici qui ignorent mon sang

Mais voient les miens naître

Parle

Et que je tutoie enfin l'invisible feuille noire

Crêpée  à  l'insoluble révolte du blanc poudreux

Moi qui de tout ris désormais comme sur commande

Courbé sous le poids déchirant des sueurs de l'exil

Connaître l'amour efface-t-il celui de la nation ?


(c) TM II, Paris 01/12/2005

Thursday 01 November 2007, a 23:47
Mbensan na muenen *
 

Mbensan na muenen *

 

Miolo mi busi o mopi

Mesanedi

Ndenge jombwa diwoto

Bemunè be semedi o sawa

Be tuti misodi

Ma ba bena ba bolonè dipita

Nà wei i sonji o dibobè

I timbane lô o masoso ma mikusa

Na o bepopo ba bana ba nyuwé

 

Madoi mà busé

ela o ela

Madoi ma tèbè

Ela o ela

Dipita di busi o tongoa dibunjè

Ngengeti ini langwa

Kumba tangè o pemisana nyambé

 

Na ma senga doï la Mbaña, Bongongui na Yupuè

Mieñ ma bito ba mémè mi ma tê ma doï na

Di lomé mitila

Mi ma tutè dibo o mbomboa nginya jongèlè

Ewu tè E songobèlè

E sawabè

Mundumbu tè mu bènè tambu

Dia tè di bènè lambo la bola

Ebango tè e bènè ndôbô ni ma bôlèè mô !

Nà wonja mboa ni tèmèbè

E bukè dipita

E bè nde beboledi

 

Wèèè,

Esè nduta minya é

Nguba kumba e sosobè o esangoa njusubé

Eba mudesi na biala ba bangisan

ba timba jènè la mudi

Ba bena ba botisè dimbamè maloki ma saw

Ba biyé na

Midi ma batétè mi mèndè

O nyimèlè babo

O nbensan ma muititi ma buindeya

Ei ma buindeya

 

 

Paris, 14 juillet 2006

 

© Muele Nu Sadi (Mouelle II).

Mutilè miniya na miango.

* Poème en langue duala (Cameroun)

 



Friday 19 October 2007, a 00:18
L'haleine en etc...
 

Depuis les matins souvent

Minuit sonne à ma porte

Je sens ses rituels de sang impur

Cadencer mon envie de dédire

Les cendres de sourire qui m'assaillent 

Je sens son dos creuser mes reins éprouvés

Je sens ses haines

Aboyer par-dessus mes veines

Comme pour faire de moi

L'éternel prisonnier d'une savane brûlée

 

Depuis les matins souvent

        Minuit sonne à ma porte

                                           

Et je sens sa bave éructer

Mes douleurs perchées

Sur les sommets de travers

Et rire des larmes de la terre

Calant l'impropre souffrance du temps

Quand le ciel bas enfile ses bas de fer

Comme un sublime ennui de se savoir inutile

 

Depuis minuit souvent

Viens donc sale bête

Vorace comme la fosse qui théberge

Frivole comme tes aisselles de fiente

Tes ailes aux épines de joie égorgée

Se lasseront tôt d'avoir ourdi tant de sueur

Sur la pomme promise à l'emblavage

Des doux temps de printemps

 

Alors viendra également mon manteau

Sur mes épaules et sur mon coeur  

Etaler la douceur de ses chauds instants

Au coeur de ma poitrine haute et fière

Dessiner les nouvelles haleines

Des fleurs d'être qu'aussi pures que le bonheur

Je porte en boutonnière de mon sourire en soie

 

Bientôt

Toujours

Car la vie m'a donné son sens enfin

 

(c) Paris ce 12 juillet 2006

Mouelle II

 



Wednesday 18 July 2007, a 00:06
Mes Illusions Enchantées
 

 J'ai voulu être poète

Aussi dès que j'ai pu

J'ai arraché quelques signes d'encre

A l'arbre du sens planté dans les sueurs

J'y ai posé un bout de sourire

Il a sonné juste en ses desseins

J'ai souri / puis je l'ai déchiré

 

J'ai voulu être poète

Artisan peut-être / Maître-collier-de-salive c'est sûr

Fou dans la folie qui infatigablement déambule

D'âme en âne / de barreau en bourreau

Portant lourd mon collier-déchirure

Qui s'écroule sur une feuille-bâillon

Qu'égrène un chapelet premier de sang

Une raie

Un regard

Puis les ombres / puis les silences / puis un nom 

Lumumba-Mandela-Um-Nyobè-Kwame-Nkrumah

Réclus de la paix bavante

Dans une barrique borgne

Qui au ciel hurle mes morts

Nouveaux / Permanents / exposés au sang de haine

Cinq centaines de haines réfléchies / enseignées / nourries

Que devient une maison

Ma maison / ma prairie

 

J'ai voulu être poète

Raison m'en a fallu / car sur l'heure

J'habite une cause / l'angoisse berce mon âme

Ma maison est une saison

Dont le soleil attise l'inondation

De la lie humaine qui toujours m'emporte

 

Je marche sur les pas de mes pères

Branche attachante des diseurs de vie

Qui bien disent comment bien mourir

Sur cette terre livrée à sa grise livrée

Lentes saisons inaltérables et sans amour

 

J'ai voulu être poète

J'attends mieux encore qu'hier

La candide poésie des choses

Le frisson du maître de l'aube me déchire

Mes nuits s'épurent d'étoiles pures des nuits

Mes jours se gavent de larves et de feux brûlant

Mes cohortes d'espoir éteint / maudites / qui pleurent

Les éclats de rires d'enfants qui gambadent

Les perdrix qui chantent le triomphe du soleil au matin

Les chiens qui courent après les mouches suspendus à leurs oreilles

Le chant des ruisseaux qui caresse le duvet des rochers

Les clapotis des femmes pleines qui se décrassent des sueurs

Le râle plaisant des vieux qui s'éteignent par-dessus l'iris concubin

L'herbe vraie qui dodeline et parfume la ligne d'horizon

A l'ombre des baobabs témoins de ces paradis assassinés

J'ai voulu être poète

J'attends mieux encore qu'hier

La candide poésie des choses

 

J'ai voulu être poète

Prétentieuse langue à l'étoile des nuits sans fin

Borgne entêté qui fouille le plaisir des âges

Et sombre par contumace dans la candeur

Héritée des soleils continuellement éventrés

 

Aussi diriez-vous aux vents / aux mers

Je me charge de le crier sur les monts

Que mon souffle / que ma mère / m'ont élevé au petit lait    

Des rames qui fendent les eaux nauséeuses du mal humain

Où tant d'esprits supérieurs toujours se pervertissent

Surpris par leurs amours des ors de l'immédiat

Dites donc aux hommes / dites aux machines

Je me charge de le dire aux livres

Que l'amour de l'homme pour l'homme

Est  le plus beau livre à jamais écrire

Sur les chemins de sueur de toutes les vies

 

J'ai voulu être poète

Assis sur deux siècles parricides / fratricides / matricides

Mon cheval des lunes défait de mors / défait de cœur

Saboté aux secrets des chambres obscures

Patauge sans fin sur la semence des imberbes

Auxquels la honte même a fait son déni d'amitié

Voici ! je suis au cœur du cœur des miroirs de l'être

Et je vois les chars obstruant la beauté de mes mains ouvertes au temps

La beauté de mes terres fendillées à l'hydrogène explosant

Le souffle de ma vie multiple soufflé au crachat des plus malins

J'ai voulu être poète

N'était-ce pas la déraison de mes frissons d'attente?

 

L'homme qui avec fierté court à la plénitude

Est la vanité même / molle patte de vermine

Qui aveugle les célestes lumières

Qui seules savent comment venir

A soi / toujours.

 

J'ai voulu être poète

Mais la sublime porte du sens

S'est aussitôt rétrécie

Me laissant plié au seuil de mille questions

Moi l'enfant jamais sorti des langes

Qui comme le poète refuse les beautés fécondes

D'une maturité assommante des illusions de ce monde

Trop lourde est la vie pour les épaules d'une pensée solitaire

 

J'ai voulu être poète

Mais l'essentiel n'était-il pas de naître au sens?

 

© Mouelle II

Paris le 17/07/2007



Wednesday 30 May 2007, a 00:16
Lecture anthropologique du r�le et de la place de la femme africaine dans la soci�t�, de l'antiquit� � nos jours. Symboles et Sens.
 

 

                                   Par  Thierry Mouelle II

 

Conférence donnée à Epinay Sur Seine (banlieue de Paris, France) le 26 mars 2007 à linvitation de l'association de la jeunesse africaine de la diaspora. (Larges extraits)

 

Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi tout d'abord, en ce jour que vous avez choisi pour instituer une réflexion intime sur l'essence de nos jours et marquer ainsi les esprits sur la place de la Femme africaine au sein de son espace de vie, permettez-moi de vous adresser mon salut fraternel et les salutations des ancêtres dont j'appelle l'esprit bon et pur à concourir à la clarté de mes propos. Que mes écarts de langage soient miens, que ma possible Ã©loquence leur soit due.

 

Merci à vous d'être venus nombreux pour fusionner nos réflexions en vue de tenter d'y voir un peu plus clair quant à nos valeurs et perspectives, surtout lorsque pris dans l'ivresse du temps nous ne faisons pas si souvent le point pour savoir où nous en sommes avec nous-mêmes, avec nos enfants, avec nos femmes, nos soeurs et mères, dans un espace de vie où tout mérite chaque jour d'être reprécisé.

 

Ce préliminaire énoncé, je puis dire que lorsque je fus approché pour essayer de réfléchir sur le rôle de la femme africaine dans la marche de la cité, je me suis avant tout demandé de quelle cité il sagissait, de quelle Afrique il était ou il va être question, mais surtout de quelle femme de cette Afrique nous serons amenés Ã  parler.

 

Cette distance par rapport au thème préalable m'a permis de garder en mémoire qu'un sujet comme celui-là peut être une porte ouverte à tout, y compris à la déperdition de la pertinence des arguments convoqués pour parler de la femme, de l'Afrique et de la Cité. C'est pour cette raison que j'ai dû proposer à mes partenaires de cette journée mémorable de recentrer le propos et de retenir comme vase de réflexion le thème : "le rôle et la place de la femme africaine dans la marche de la société, de l'antiquité à nos jours". Ce que mes interlocutrices ont amplement accepté.

 

Ainsi libellée, notre réflexion pourrait alors garder toute sa prétention de miroir sur sa propre linéarité dans le temps. Les puristes diraient quelle se voudrait diachronique, permettrant en l'occurrence de préciser rapidement qu'il sagit de la Femme africaine Noire, donc celle qui vécut, vit, vient, et/ou a ses origines autour et au sud du Sahara, ses diasporas transcontinentales comprises.

 

Nous traiterons donc, dans un premier temps du rôle de la femme dans les sociétés de l'Afrique ancienne. Notre corpus retiendra la société kemetico-nubienne, celle qu'on identifie aujourdhui, des suites d'un glissement itératif de sens, comme la société égypto-nubienne, pour nous fixer dans les temps les plus anciens ; la société congolo-angolaise, dans sa vue purement royale de l'époque du Kongo, pour nous fixer dans les temps précoloniaux. (Nous ferons un clin d'oeil à la société d'Abomey et celle Yoruba, oralement)

 

Nous traiterons ensuite du rôle de la femme africaine dans les sociétés de l'Afrique moderne. Nous entendrons par moderne, l'époque qui englobe les différentes Saisons Coloniales et postcoloniales. Notre corpus retiendra les sociétés sawa du Cameroun pour nous fixer dans les temps postcoloniaux. Nous traiterons de la femme dans la sphère moderne du fonctionnement des administrations soumises au paradigme de l'effort de construction d'une société, paradigme hérité de la colonisation ; nous traiterons de la femme noire de l'errance (autrement dit celle des diasporas et plus principalement celle de la diaspora francophone localisable en France métropolitaine). Si nous avons du temps, nous ébaucherons une comparaison sociologique de la part de visibilité prestigieuse entre la femme noire en France et sa consoeur vivant en Angleterre. A dessein, Paris et Londres suffiront comme exemples d'espaces illustrant les différents champs qualitatifs d'expression de la femme noire à la croisée des valeurs acutelles et/ou du vaste passé, sans exhaustivité.

 

I- Prémisses de modernité dans la société kémético-nubienne de la période pharaonique.

 

Mesdames, Messieurs,

Au stade actuel des recherches réalisées sur le vaste passé africain, ce qui a été rendu public et qui concerne la société kémético-nubienne de la période pharaonique nous laisse voir une société structurée, héritière d'une succession de vues et d'éthique où il n'existe aucune rupture valorielle, aucune rupture de considération, entre l'homme et la femme, mais plutôt exalte-t-elle la réaffirmation d'un contexte chaque fois répété de la délivrance de l'humanité de ses propres travers en rendant possible l'apparition de la puissance et de la beauté féminines dans la civilisation humaine.

Alors qu'une société civilisée de nos jours affirme avant tout sa puissance par les valeurs phallocratiques du mâle dominant (valeur symbole du pénis en érection), la société kémético-nubienne de la période pharaonique met plutôt en scène des personnages mythiques sortis du respect qu'elle voue aux femmes.

Ainsi, la première considération faite au ciel est féminine : la déesse Nout. Tout comme la Création : symbolisée par la déesse Iusaas.

Mais les anciens africains ont également su tirer sens de la complexité de l'être féminin (qui n'a rien d'exceptionnel aux côtés de celle du mâle, soit dit) : on trouve cette complexité en Mafdet, déesse des scorpions et des serpents. Kek et Kauket sont ainsi les déités de la nuit, de l'obscurité et des choses incompréhensibles. Arrêtons-nous un instant sur ces symboles de première importance du point de vue de la cosmogonie d'hier à aujourd'hui : le serpent, le scorpion et la nuit.

 Par-delà son image effrayante le serpent n'est pas qu'une créature de mort, il est également un Dieu créateur, protecteur, symbole de l'humanité dans son aspect évolutif, du fait qu'on est conçu, on vit et on meurt. Dans plusieurs sociétés africaines depuis l'époque pharaonique à nos jours, il porte en lui la vie passée et à venir, représente ceux qui ne sont plus là et qui veillent scrupuleusemet sur les leurs. Dans ses crocs venimeux, il ne porte pas que la mort, il porte la contre-mort, par ceci que son venin est également un contre-poison, un antidote. Ses muscles sont le rempart "constrictif" qui broie tous les ennemis de la nation. Son ventre digère jusqu'à l'expulsion dans les eaux du fleuve, les restes de l'ennemi. Sa présence est rassurance dans la concession. Le serpent ne tue alors que pour préserver le cycle éternel de la Renaissance. Ouadjet, l'une des deux déesses tutélaires de l'Egypte pharaonique est un serpent : le cobra royal. Il participe au nom de titulature du Pharaon, en l'occurrence son nom de Nebty "les deux maîtresses" ou la double puissance, nom qui place le roi sous la double protection de Nekhbet, la déesse Vautour (symbole de la Haute Egypte) et Ouadjet (sic), la déesse Cobra (Basse Egypte).

 

Si telle est la place du serpent dans la société africaine qu'en est-il du scorpion?

Il était un insecte très redouté des anciens Egyptiens. Bien qu'il n'attaque pas, il pique celui qui le touche par inadvertance, et sa piqûre peut être mortelle; amulettes et formules magiques étaient utilisées pour se protéger contre sa piqûre ou la guérir. Dès la fin de la période prédynastique on commence à vulgariser des représentations de scorpions et la période thinite a fourni quelques amulettes en forme de scorpions. Une fois divinisé, le scorpion devient le symbole de la déesse Serket, Selqit ou Selket, celle-même que les Grecs on appelé Selkis; cependant, dans les représentations hiéroglyphiques des tombes, sa queue armée du redoutable dard est supprimée, afin qu'elle ne puisse pas piquer le défunt dans son Voyage vers le pays qui aime le silence : l'au-delà. A la fin de la période préhistorique, il inspire le nom d'un roi de Haute Egypte, Khepri (scorpion). Serket ou Selkis est l'une des quatre déesses qui gardent les vases canopes dans lesquels sont contenus les viscères du défunt. Signalons, pour ne pas nous y éterniser, que dans le mythe d'Ousir (Osiris) c'est Serket qui est chargée de prendre soin de l'enfant Hor (Horus) caché dans les marais par sa mère Aset (Isis) pour échapper à Soutekh (Seth), le dieu du mal. Le mythe biblique de l'enfant Moïse sauvé des eaux du Nil s'inspire principalement de cette partie du mythe kémétique.

Pour ce qui est de la nuit que nous avons également évoquée, autrement dit l'obscurité dans les sociétés initiatiques, elle symbolise, dans la société africaine ancienne, le moment ésotérique le plus important car il met l'être humain, au sens même du mot « Ã©sotérique Â», en lecture de lui-même ; il le met face à son miroir intérieur. La nuit est conscience, elle est appel de soi vers soi-même, pour répondre à l'équilibre de son être et dire son dedans avec plus de clarté que jamais le jour, par sa lumière éblouissante, donc perturbante, ne pourrait assez le faire.

 

Le symbole de la nuit faite femme est ici un moment fort de la connaissance de l'univers soustrait au premier entendement. En partant de la femme, la société africaine de l'époque pharaonique entreprend une introspection en elle-même et aboutit au décryptage du sens réel de l'être. Qui sommes-nous? D'où venons-nous? Où allons-nous? Comme pour dire que la femme est l'homo sapiens sapiens par excellence : elle est l'Homme arrivé à son stade de maturation le plus accompli, qui lit et dit l'univers avec simplicité et force afin de marquer sa propre complexité. La femme, à travers les différentes configurations symboliques qui accompagnent et disent la société, connote la puissance même du Peraâ (pharaon). Les éléments les plus stables dans leur diversité interne sont symbole de féminité. Il en est ainsi de l'avertissement visuel que le Pharaon porte sur son atef royal, sa couronne: la déesse Ouadjet, le cobra sur sa posture de tête dressée (en grec uraeus= érection). Cette déesse achève de donner sa place la plus affermie au féminin ,et partant du féminin, à la femme dans la société politique, spirituelle et religieuse de l'Afrique ancienne. Sur cette partie, nous pouvons donc conclure que la femme africaine porte la quintessence philosophique même de la civilisation kémético-nubienne : c'est elle qui dit, et c'est à travers elle que se dit, comment se représenter le monde, l'interpréter, le vivre. Noun elle-même, le fleuve primordial d'où tout vient, qui est la base de toute la cosmogonie kémétique n'est-elle pas une déesse? Il en est de même de la Douat, le lieu qui aime et anime le silence éternel ( l'au-delà) est : féminine. L'univers lui-même, si l'on le regarde comme se le représentaient les anciens kamits, est une femme voûtée et sous le ventre de laquelle l'ensemble des êtres et des choses vivent et se meuvent. Nous venons (dans le sens de sortir, d'émaner, de naître) de la femme, et à la fin de notre périple sous le soleil, nous partons vers la femme, nous enseignent les ancêtres.

 

Par symbole interposé, et même souvent au-delà du symbole, la femme joue également le rôle de défenseuse de valeurs et de l'ordre établis.

 

La première fois que l'autorité du Dieu Râ fut contestée par les hommes, c'est encore une femme (deux fois dieu) : la déesse Hathor (La-demeure-du-dieu-Hor) qui monte en première ligne et rétablit l'ordre. Elle pourchasse les insurgés dans le désert et les élimine tous. Une petite explication me paraît indispensable à ce niveau, quand on sait que la déesse Hathor a pour principale activité la musique et la danse. Par pure logique, elle ne peut donc avoir tué les ennemis du royaume que par et avec l'art. C'est tout ce qu'elle a reçu de la vie comme atout !

 

Comment est-ce possible ? Comment peut-elle avoir tué les ennemis de Râ en n'employant que l'art de la chanson et de la danse? Pourrait-on se demander. 

 

Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, nous sommes devant une philosophie qui met en valeur non pas la création destructrice comme référent sociétal, mais l'accommodement fait à la création du beau utilitaire dans lequel à l'esthétique est donnée autant de puissance qui ne pourrait avoir d'équivalent de nos jours que la bombe atomique. (J'exagère à peine). Car, de mon point de vue, les ennemis de Râ, le Dieu des dieux, symbole puissant de l'unité et du rayonnement du pays et, partant, de l'univers, ne peuvent pas se concevoir comme une petite troupe qu'on pourrait anéantir avec quelques flèches. Il s'agit d'une véritable masse insurgée au nombre considérable et que Hathor, l'Horus féminin dédié à l'expression du beau, renvoie habilement dans les abîmes du néant. L'art, ici symbolisé par le chant et la danse, parvient aux mêmes résultats que les victoires des armées de Ramessou, le fils de Soutekhy (Ramsès II) : la défection des insurgés. L'ennemi est donc défait, mais principalement dans son âme et dans ses sens. Hathor nous enseigne que la grâce et la beauté sont aussi utiles et efficaces en temps d'adversité que les armes les plus dévastatrices.

 

L'art, porté par le symbole de la femme sublimée, combat donc mieux le mal dans la société des hommes que les armes conventionnelles. Voir à ce sujet Le livre de la vache du ciel de Charles Maystre, publié en 1941 et qui reprend l'ensemble de l'épopée d'Hathor en hiéroglyphes et que nous rapporte l'excellent livre du Pr Théophile Obenga : La Philosophie Africaine de la période pharaonique.

 

Du point de vue initiatique, ésotérique, et selon les anciens kamits, ceci est vérité : la puissance du Verbe et la sublimation du corps comme substrat du Sacré, particule des dieux, vallent mille millions de mort évidés de leur sang. C'est dans les esprits que s'opère et doit s'opérer le combat pour le changement vers la paix et l'amour dans la cité des humains ; c'est par l'imagination active et humaniste que doit passer le meilleur des victoires sur le mal humain. Comme tout est symbole dans la société pharaonique, nous garderons donc en mémoire que la victoire de l'art sur le mal de la cité est préférable à la violence d'autant plus que la société kémético-nubienne a pour vertu cardinale la Maât, le principe Vérité-Justice. La Maât qui est encore une fois symbolisée par une femme portant une plume d'oie sur sa tête, symbole de la légèreté de la vertu, mais également de sa fragilité. Là aussi, nos ancêtres nous apprennent que justice et équité sont femmes,donc délicates à choyer, à entretenir (au sens d'en prendre soin) en permanence.

 

Il en est des dieux comme des êtres humains. Il n'est donc plus besoin pour nous de nous étaler en longueur sur la place de la femme dans la société nilo-égyptienne, quand pour le démontrer nous aurons convoqué quelques autres déesses pour dire combien l'homme noir ancien vénérait la femme au point de lui consacrer plus de symboles sacrés dans son panthéon religieux qu'il ne l'a fait pour lui-même, ses testostérones bien en place. Citons au passage Aset, plus connue sous son appelation grecque : Isis. Déesse mère, mère de tous les dieux, épouse de Râ le magnifique. Sa place est telle et si incontestable qu'elle est reine de chaque nome (lchacune des quatre-deux provinces de Kemet, l'Egypte ancienne).

 

La liste exhaustive de ses attributs indique qu'elle est appelée Ament à Thèbes, Menhet, à Héliopolis, Renpet, à Memphis, Sept, à Abydos, Hetet, à Behutet, Hurt, à Nekhen, Thenenet, à Hermonthis, Ant, à Dendera, Sesheta, à Hermopolis, Heqet, à Hibiu, Uatchit, à Hipponus, Mersekhen, à Herakleopolis, Renpet, à Crocodilopolis, Neb-tept, à Arsinoe, That, ou Tchetut, à Aphroditopolis, et Shetat, à Bubastis. Parmi ses divers titres évoquons la divine, l'unique, la plus grande des dieux et déesses, la reine de tous les dieux, Râ fait femme, Horus fait femme, l'oeil de Râ, la couronne de Râ-Heru.[1]

 

Citons aussi Anuké, la déesse de la guerre ; Anuket, la déesse du Nil ; Astarte, la déesse guerrière ; Bastet la belle déesse chatte ; Bat, la déesse vache ; Hathor que nous avons déjà évoqué, la déesse du chant et de la danse ; Heqet, la déesse grenouille ; Heret-Kau, la déesse qui investit les esprits, Beset, la déesse de labondance, Ipy ou Opet, la déesse mère dOsiris, Iusass citée plus haut et qui est déesse de la Création.

 

Isis prit l'aspect et les attributs de plusieurs autres déesses comme Selkis, Hathor déjà amplement évoquée, Neith et Nout, pour les fondre en une seule et unique divinité : elle-même.

 

Autant de place faite au symbole féminin ou mieux, à la femme, ne surprend donc pas quand, quittant ces hautes sphères des dieux, nous arrivons dans le monde des réalités sensibles pour constater également que la Femme africaine y joue un rôle social, politique et économique de premier ordre.

 

Dans la société kémético-nubienne, la femme est médecin (sounou, swnw). La plus illustre dentre elles, en ces temps reculés, est la reine Hatchepsout. Ses talents de médecin en chef étaient réputés dans le monde entier au point que les patients les plus illustres venaient de Syrie et d'Hélène, les deux puissances rivales de son époque pour bénéficier de sa science du corps et de l'esprit.

 

Vous me permettrez de préciser que la science médicale pharaonique guérissait à la fois le corps et l'esprit, le visible et l'invisible, car pour nos ancêtres, il n'y avait pas de science, donc de connaissance encore moins de savoir sans une once de magie.  La magie elle-même éant ce que nous appelons "science" de nos jours.

 

Elle traite du coeur, des dents, de la peau. Le papyrus Ebers (108 pages) est exhautif sur la nature et la qualité de la médecine pharaonique.

 

Mais revenons à Hatchepsout pour signaler qu'elle est également architecte. C'est sa Majesté royale elle-même qui supervise les travaux du Temple qu'elle bâtit et qui lui est consacré, taillé dans la roche. Ce temple est encore visible dans la Vallée des rois à Thèbes. Il est remarquable par sa magnificence.

 

Nous aurions dû commencer par elle. Car bien avant la précitée, une autre femme de la société civile kemetico-nubienne a marqué les esprits son nom : Sesha.

 

Epouse dévouée d'Imhotep, le grand savant, et premier codificateur de tous les systèmes géométriques que connaîtront et mettront en application les différents rois bâtisseurs de pyramides, Sesha est mathématicienne.

 

On lui accorde d'avoir calculé tous les possibles et estimations de grandeur de nombre de réalisations dont les finitions sont attribuées à son époux, Imhotep.

 

La femme égyptienne est reine. Elle est donc premier magistrat. Elle rend justice au nom de la déesse Maât. Première prêtresse. Contrairement à ce qu'en a dit Hérodote qui, pour n'avoir trouvé aucune femme officiant ouvertement comme prêtresse a conclu que les femmes sont exemptées de prêtrise. Je rappelle qu'Hérodote a visité l'Egypte à une période où elle est conquise, occupée et dominée par le roi perse Cyrus (580-529 av notre ère), fils de Cambyse. Y a-t-il là une cause à effet ? La prêtrise est-elle à cette époque précise interdite aux femmes du fait de la domination des valeurs étrangères phallocratiques ? Quand bien même nous pourrions accorder foi à "l'enquête" d'Hérodote qui affirme n'avoir vu aucune femme dans les temples ou ailleurs, certainement, exerçant les fonctions de prêtresse une autre lecture de ces faits reste possible. Car tradionnellement, et cela n'a pas changé de nos jours, la femme africaine est prêtresse, chef de culte, chef de tous les prêtres y compris le Grand Prêtre, chef du clergé. La Reine n'est-elle pas la Responsable du contenu et de la forme des cultes? Elle est initiée aux différents grades jusqu'au grade le plus élevé du clergé. Si la prêtrise qui est l'alpha et l'oméga de la fonction sociale était interdite aux femmes, nul doute que la fonction pharaonne lui serait également interdite. Je soutiens qu'il ne peut y avoir de déesses là où aucune femme ne peut être prêtresse du fait de son sexe. Car les déesses ne sont pas plus symbole sacré de la femme que la femme prêtresse qui leur rend grâce et dévotion.

 

La femme égyptienne (de la période kémético-nubienne) est donc visible au sens social du terme. Elle joue les premiers rôles au sens politique. Elle n'a aucune place à conquérir, du moins l'histoire ne nous l'enseigne pas. Aucune considération ne lui est d'office refusée parce qu'elle est née femme. En revanche, le long du temps, elle s'est faite la gardienne de la tradition, car c'est elle qui transmet le savoir traditionnel, reçu des mains des scribes.

 

Elle est lettrée. Entreprenante. Surtout, elle est vertueuse. Dans aucun papyrus jusqu'ici disponible, à ma connaissance, l'on n'a signalé une femme native de cette région kémético-nubienne qui fasse commerce de son corps pour vivre.

 

A côté de la femme élite de la société pharaonique, la condition de celle qui se plie aux travaux domestiques et à ceux des champs au quotidien ne dépend en rien du bon vouloir de son conjoint. Elle na pas de maître en guise d'époux, elle est l'égale de l'homme en droit et en devoir face à l'Etat. Bien mieux, c'est elle qui garde le secret de l'alchimie des rêves et des amours.

 

Qu'en sera-t-il dans les temps qui suivront la décadence de l'ère pharaonique proprement nègre ? Les travaux récemment rendus publics, en dehors de ceux de Th. Obenga notamment et de Mubabinge Bilolo, font état de la dégradation du tissu social et notamment du statut de la femme au cours des périodes d'occupation ou de règnes syrien, grec, et romain. Plus principalement le corpus philosophique de la nation fait dégringoler la femme du piédestal au sommet duquel la Tradition l'avait hissée.

Bien que l'essentiel des icones de la femme déifiée restent intactes dans les temples et lieux publics, il est très facile de retrouver des femmes faisant commerce de leur corps dans les maisons du plaisir à travers les principales villes du pays, du nord au sud. On peut les retrouver empalées au même titre que les hommes devant les palais des princes étrangers au pouvoir lorsqu'elles ont été impliquées dans des rixes ou des basses oeuvres croisant les intérêts des plus forts.

 

La femme symbole du sacré perd définitivement de sa superbe.

 

En nous inspirant de ces images sombres de la femme sous l'occupation, jetons à présent un coup d'oeil sur la période qui suit la chute définitive de l'ère pharaonique.

 

II- la Femme africaine de l'époque des royaumes postpharaoniques.

 

A la suite des travaux de Louise-Marie Maes Diop ayant traité de l'état démographique de l'Afrique avant la conquête coloniale, et partant de sa géographie physique et économique, considérant les travaux de Cheikh Anta Diop et de Théophile Obenga sur la continuité de l'histoire africaine à travers les temps, considérant les mêmes souches de populations unies dans la diversité microspatiale, considérant enfin l'unité culturelle de l'Afrique noire, nous sommes en cet instant, en mesure d'affirmer que la femme africaine de la période post pharaonique na pas connu, à défaut d'une perversion due aux influences extérieures, une altération considérable de sa place au sein de la société. Au contraire elle aura eu le temps de reconquérir le statut d'être sacré qui lui était obstrué à la fin des temps précédents.  

Elle conduit l'économie nationale, par le fait que c'est elle qui va industrialiser la mécanicité des champs de culture de première nécessité, elle tient un rôle, le même depuis toujours dans l'échelle des compétences et des valeurs spirituelles, militaires, politiques, didactiques.

 

La femme africaine de  la période postpharaonique reste une actrice de la destinée collective. Elle reste la référence des temps de trouble et rend impossibles les lignes de fracture entre les diverses couches sociales, car elle demeure la gardienne des valeurs endogènes.

 

En revanche, dès la fin du 15 è siècle, dans la partie Ouest de l'Afrique, avec l'émergence des royaumes islamiques, le statut de la femme, du fait d'une interférence entre les valeurs proprement africaines et celles islamo-arabiques, commence à s'effriter.

 

Cohabitent deux femmes africaines. Celle d'une Afrique qui n'a pas encore totalement été investie par le culte dévalorisant de l'interprétation théocratique de ce qu'est ou doit être la femme telle qu'elle serait voulue par le Livre Saint des musulmans, le Coran, et celle qui reste protégée, vénérée par les principes cardinaux de ses ancêtres où elle demeure le centre de la civilisation, maîtresse des destins, Donneuse de vie, éducatrice.

Cette cohabitation est en elle -même un sujet qui mérite ample étude. Nous ne pouvons qu'indiquer ici de manière sommaire qu'elle ne fut pas à l'avantage de la femme proprement nègre au sens culturel du terme.

 

Il en sera de même à l'arrivée du christianisme. Le Livre Saint des chrétiens la transforme en une émanation de la côte d'un homme endormi, en l'occurrence Adam : elle a cessé dêtre, dans cet universalisme sémitico-chrétien conquérant,  l'être divin construit avec précaution dans l'imaginaire et le vécu des anciens africains. La femme de chez nous devient ouvertement blâmable. Elle est battue, humiliée, répudiée. La femme baisse la tête quand elle sadresse à l'homme, que pourtant elle porte neuf mois dans son ventre. La femme devient objet de plaisir : elle fait commerce de son corps pour vivre, car son indépendance tient désormais aussi de ces travers, pour n'être plus en paix dans un foyer.....

Toute bonne relation entre les membres d'une société dépend de la nature et de la qualité du contrat social qu'ils se sont octroyés. Parallèle à ce contrat doit être érigé un corps spirituel et moral en rapport avec la cosmogonie du peuple, c'est lui qui porte le corpus de traditions qui balisent l'ensemble des options de progrès, d'avenir. 

Est un "bon" peuple, celui qui accorde priorité Ã  la place que doivent occuper les maillons faibles de sa chaîne sociale au sein de son échelle d'intérêt. Que vaut un handicapé? Quel regard porter sur la femme? Quelle est sa place? Quelle place pour l'adolescent, l'adolescente? Comment les éduquer? Selon quelles valeurs? C'est dans ces chaînons de la vie en commun que s'opèrent les valeurs de cohésion par la solidarité. Aucune femme ne vaut moins qu'un homme. De même, un handicapé n'ayant pas choisi de l'être, il ne devrait souffrir d'aucune discrimination au sein de la chaîne de vie et d'évolution humaines.

......................fin de l'extrait.....................................................

 

[1] Plusieurs noms de ces villes sont des correspondances grecques des villes kémétiques rebaptisées durant la période ptolémaïque.

Friday 27 April 2007, a 12:07
Ils m’ont rendu hommage
 

Ils m’ont rendu hommage ce matin

Pour avoir été

En cinq millénaires de pratique de mots

Le rare à être monté sur l’échafaud

Le silence porté en bandoulière

Pour recevoir le sacre invectivé

Des langues qu’on pend

Pour être trop pendues

 

Ils m’ont rendu hommage ce matin

Pendu au bout d’une plume sèche

La feuille noircie de goudron comique

La tête fière du sage qui s’apprécie

A défaut d’être aimé des siens

Qui en le voisin venant voient toujours

Le sage qu’il ne peut qu’être en lieu nouveau

Son verbe si vieux ailleurs est là innocent

 

Ils m’ont rendu hommage

Car j’aime enfin me taire en mourant

Les vaches, les lions, les hyènes, les aigles

Le collège était là

Qui hochait le chef

Les commissures retroussées

Le port droit

Episcopat de la préciosité

La pipe fumant

Prêt à transformer en inventaire à la Prévert

Mes attributs d’essence divine

 

Aussi ont-il dit

Que je suis né Con

Mort Salaud

Ai vécu Malappris

Moi le poète

Imbécile

Naïf

Misérable

Moi l’écrivain

Le reste d’etc. s'est peint sans empressement

Sur le masque cousu de peau d’enfants

Que mes mots du mal n’ont pas sauvés

Des tendresses de la cruelle vermine sociale

 

Allez, laissez-vous aller

Oyez-les faire

Le cœur du mal tient là ses inédits éternels

 

© Paris le 25 avril 2007  



Wednesday 25 April 2007, a 12:19
Elégie pour le mort qui meurt tous les jours
 

est-il, mon ami

Où est-il donc passé

Cet émérite oiseau de veille

Qui tant veillait sur le toit du monde

Que son œil entrait partout en force

Forçant les seuils les plus tenus

Tenant les positions les plus raides

Raidissant les cheveux les plus lissés

Lissant les espoirs les plus chaotiques

Où est-il passé, mon ami

Où est-il donc allé

S'il n'est pas mort ?

 

Ah, dieux 

Il est mort !

Le philosophe est mort

Il est mort

La ville porte à peine son deuil

Fluide qu'elle s'empresse de lui trouver

Un héritier juste avec le Prince

Gracieux avec le commerçant

Complaisant avec l'armurier 

Ses mots orphelins tremblent d'effroi

Sur les trottoirs où défilent les émeutiers

Qui bavent sous les pages d'encenseurs

De l'ordre du spectacle de nus télévisuels

Le philosophe est mort

Il est mort

Vive sa mort

 

Désormais voici le Prince qui s'épanche

Planche sur ses propres orties

Bariolées de mauvaise pisse

D'herbe et de poudre d'automeurtrissure

Il verbalise les chapitres à peine insoumis

Exile les insoumis

Affame les réservés

Seul sur le pupitre

Il jubile de ses gouttes bornées

Rémunère l'applaudimètre infâme

Le spectacle est pathétique

La médaille nauséeuse

Le philosophe est vraiment mort

Oui, vraiment mort !

 

Ah, mon ami

Ne me disais-tu pas

Que les temps à venir éclairciront

Les sombres voilures étalées

Sur ce pays souvent de sagesse

 

Ne me disais-tu pas

Que jamais les philosophes ne meurent

Parce que du temps leur raison décoiffe l'arrogance

Je suis à peine arrivé que la peur d'être

Ecume la patience de mon âme

Le temps s'est paré de nuages

Et l'air de longs filets de gaz

Le pavé résonne de cadence

De la mort en treillis qui avance

Vers l'étranger qui est le mal

L'étranger qui est sale de ses mains à son âme

Je suis cet étranger qui sale sur ta tombe

Seul frémis en silence

Portant sur mes lèvres épaissies

Par subtil décret permanent

La sentence qu'il n'y a point

De délégation vers le salut

 

Es-tu Sartre

Es-tu Camus

Es-tu Alexandre Dumas 

Je viens de là où les oiseaux chantent encore

La mémoire des jours où s'oublie l'usure du soleil

Je viens de là où la République est un homme

Mais où l'homme ne chasse aucun homme

Du toit où s'étanche la soif des voyageurs

 

 

© Thierry Mouelle II

Monday 23 April 2007, a 17:48
A l’école moderne du resurgissement néoclassique.
 

La croisée des Chemins d’Eric Van Hamme :

des mots précieux pour sublimer l’angoisse d’être.

 

L'éventualité qu'un livre soit bien écrit de nos jours relève presque d'une exception, tant la logique dont se nourrissent les éditeurs l'a peu à peu transformé en un champ infesté de dominos difficiles à remettre en ordre, accompagnant rageusement nos idoles (Ernest Miller Hemingway, Jean-Paul Sartre, André Gide, Albert Camus, Guy De Maupassant, Richard Wright ...) dans le double-fond des cryptes du dépassé.

 

L'éloge au sexe et le culte du sang sont à la littérature occidentale devenus la pancarte bipolaire d'une condition humaine réduite à sa plus simple expression : le sensationnel. Les mots (des écrivains) ont été vidés de leur sens par l'exigence de l'ordre marchand, transformant le meilleur de nos jus de cerveau en une industrieuse artisanerie de phraséologies de quais de gares. Ils ne portent plus le sensuel parfum d'un premier rendez-vous galant et délicat avec la découverte d'un auteur : les mots arrachés à la langue des immortels sont devenus l'exposition du signifié dans une vitrine de concussion nauséeuse où le puriste est contraint au suicide avec, sur sa poitrine, l'épitaphe: "ce siècle veut du sang, il exige de discourir sur le sexe violent".

 

Pourtant, mon collègue Eric Van Hamme, sans discourir sur le sexe violent, sans faire étalage d'une possible maîtrise des lieux obscurs de la sublime cité du vice,  a fait belle oeuvre. Sans sueur.

 

Le roman qu'il vient de commettre aux éditions Menaibuc, porte bien son titre : La Croisée des Chemins. Sa thématique, portée par deux voies qui mêlent aisément les préoccupations d'une littérature au style classique et les angoisses de l'homme du vingt-et-unième siècle, pose une question simple : comment être heureux? Comment se dire Homme dans un espace de vie où être c’est exposer « ce qu’on fait » ? Ce qu’on s’accole alors au verbe être comme si sans ce qu’on fait, on n’est plus. Qu’est-ce que l’identité ? Qu’est-ce au fond, dans tous les cas, sans un contrat de travail qu’on brandit toujours avec subtilité en travaillant chacune des phrases étalées à la face de l’interlocuteur ?

L'ivresse de se réaliser professionnellement mérite-t-elle qu'on en oublie sur soi-même? Cet autre soi-même qui n'a rien à voir avec le rendement statistique et les courbes chiffrées? Qui est-on au fond? Où va-t-on? Deux questions litotiques qui surgissent au hasard d'une mission que le héros vanhammien, Marc, un consultant, effectue dans une ville de la France rurale (la Corrèze) et qui lui donnent enfin l'occasion de se demander s'il reste capable d'opérer sa propre lecture intérieure, son changement d'homme de haine et de colère vers quelque autre chose de lui-même.

Il se demande ce qu'il lui resterait si ce soir il tirait un trait sur toute son existence? L'argent? Mais l'argent est-il tout? Est-il le sens, le but de la vie?

 

Eric Van Hamme a le mérite, pour un premier roman, de mettre le doigt là où l'homme moderne a mal : son incapacité à un dialogue avec lui-même pour se connaître en vue de s'améliorer. Happé par les ressorts les plus élaborés qui lui cèdent à la marchandise et aux services la primeur des considérations, il dérive lentement vers son propre effacement, embrassant la haine de soi et des autres comme ultime bouée de sauvetage.

 

Voilà comment, au prétexte de suivre et de nous narrer les tribulations d’un expert des temps informatiques avec lui-même, Eric Van Hamme repose la question du devenir de l’homo modernicus.

 

Il vient à la suite des grandes plumes, (André Malraux, Pablo Neruda) qui ont su comment mettre l'Homme au centre de la littérature, rendant au temps et à ses exigences matérielles le peu de place qui leur est dû: la vacuité.

L'homme est la mesure de la modernité et devrait redevenir le fléau à partir duquel s'observe le sens du bonheur, semble nous dire le tout nouvel écrivain. Un régal.

 

Thierry Mouelle II

Poète et écrivain.

 



Tuesday 05 December 2006, a 01:13
Un jour : je voterai
 

Confidences d'un citoyen de nulle part devant un collège d'hommes libres

 

Et si mon rapport à la vie manquait tant dambition qu'il se résumait finalement en cette phrase somme toute banale, mais que je porte depuis toujours comme projet dexistence : un jour je voterai ? Ici, là-bas, peut-être. Portant comme un flambeau qui illumine ma nuit d'incertitude sociale l'enveloppe qui berce mon choix, ma décision, ma sélection, mon autorisation pour illustrer définitivement mon appartenance à la colonne des citoyens, ces hommes libres en leurs droits et actions, bâtisseurs du sens historique, garants du bien-être et de la cohésion au sein de la nation.

 

Et si mon rapport à la vie manquait tant d'élan qu'il s'est contenté d'échouer là où ailleurs les impulsions républicaines ont posé leur pied d'appui pour se lancer vers d'autres conquêtes où les idées en fusion de sens et de contresens se nourrissent d'utopies et d'espoir d'un mieux être pour tous par tous ?

 

Je les ai vu éconduire les rois ; domestiquer l'arrogance des reines. Je les ai vu ramener l'égoïsme des tenanciers du profit dans le socle commun d'une chaîne de solidarité active, passive, de génération en génération.

 

Je les ai vu se déchirer, pétris par les sombres voilures d'une haine qui, un temps, a fortement limité leur imagination constructive. Pourtant un soir, ou peut-être était-ce un matin, je les ai vu, claudiquant, l'oeil gris, sec dans sa froideur des steppes enneigées, la peau en hardes, dire : « plus jamais ça ! » . Unis dans et devant l'adversité, ils sont revenus à l'humanité et ont buriné le marbre de la division chaque fois que le peuple, la nation, a pris du sable en son âme.

 

Aujourd'hui, chaque matin, je les vois toucher en souvenir la cicatrice de celles de leurs plaies qui ne guérissent pas, ou peut-être est-ce la plaie de celles de leurs cicatrices qui ne cessent de saigner ?

 

Mais, dis-moi, démocratie : ta vie est-elle vraiment, comme le disent tes inconditionnels, le socle commun minimum de la modernité ?

 

Eh bien, éclaire-toi encore plus vivement, car moi, j'ignore toujours ce que sont tes lumières. Je lève mon pas au petit matin pour arpenter les traces de ton passage, ici, et ne vois de plus en plus que des maldormants cartonnés sous les réverbères au port altier et suffisant, des malodorants coincés dans leurs pets d'odeur Macdo, des malregardants regardés par les malmarchants qu'escroquent les malpayants, sont-ce les malpayeurs? Ces derniers, sombres oiseaux de caca aux cous blancs et proprets, dégraissent à feu doux les malpayés en les chatouillant au plumeau pour qu'ils rient devant les caméras, ils se sont constitués une chaîne de solidarité souterraine avec quelques malpercevants (tu sais, ces illuminés qu'on appelle affectueusement les politiques) qui, d'évidence, ne voient, ne sentent, en chaque réclamation sociale, que la vile conspiration d'une horde de malnés, d'envieux, enviant, qui espèrent une prompte mainmise sur les deniers des héritiers idéologiques des féodaux guillotinés avec raison dès 1789.

 

Cruelle utopie d'un possible rapt des mondialisés sur les mondialisateurs. 

 

C'est pour cela, démocratie, chère amie ambiguë, que te regardant secouer ton manteau à phrases, te regardant parée de grelots à salive endormante, c'est grand-père qui me revient toujours à l'esprit. Lui qui me disait (remarquez que sa Seigneurie était déjà morte à ma naissance): « mon enfant, j'aime la vie. Et en la vivant, j'aime ceux qui me la rendent douce et un tantinet honnête. J'ai de la peine à prendre dans mes bras ceux qui me la compliquent ». (Son livre silencieux, comme tous les acteurs majeurs qui meurent sans dire mot des actes et sous actes de leurs temps, m'était destiné, et je le lis mieux en l'écrivant moi-même, lointain témoin des ombres qui conspirèrent au nom du même nom que lui et moi portons, moi plus encore, car debout et transpirant ; lui : allongé à l'horizontal, éteint des fumées de ces temps de pitié sur l'avenir de l'humain. Au nom des mêmes peines endurées. Au nom de tous les oublis oubliés d'être remis sur l'estrade de la Revendication du bien-être mort avec les derniers Samori et les ultimes Sankara, les Soumagourou et les Manga Bell, et les Ndumb'a Mpacko, les Muel'a Ibon, et... à la fin l'Afrique, sans fric, piquée dans son âme de seule foule de l'Histoire qui refuse rageusement de faire vraiment foule).

 

Où je veux en venir, irrévérencieux que je suis ?

 

A ceci, amie Démocratie, à ceci : rassure-toi de ne pas laisser trop de tes enfants sur le bord du chemin vers le puits aux eaux de paix et de félicité, car alors tu serais devenue l'alliée objective de la dictature, tu sais, ce frère androgyne banni de la famille humaniste et qui ne vit que de persécutions, de mensonges, d'assassinats multiformes (politiques, sociaux, économiques), de viols de conscience et de la morale. Lui qui n'hésitera pas à rendre publique (en l'amplifiant) cette terrible comparaison qui se murmure déjà : « La différence entre la dictature et la démocratie pourrait aussi être qu'en démocratie chacun a le doit de descendre dans la rue réclamer fortement son pain, ce qui est interdit en dictature ; et là sarrête la différence car, autant en dictature qu'en démocratie, personne n'a la garantie de recevoir le pain attendu. » 

 

Malgré tout je t'aime, toi. Car Ici, dire 1968 a un sens historique.

Pour moi, venir au jour la même année refuse toujours de m'aliéner la quiétude des pavés débarrassés des dictateurs, ces monstres dont l'instinct de vie restera toujours d'affamer la liberté.

Un jour je voterai.  Un jour. Pour bâtir les fondations ultimes de l'Histoire. La vraie qui sait se regarder, s'aimer ou se dédire. Enfin. En toute souveraineté.     

 

17/11/2006 /TM

Sunday 14 May 2006, a 10:55
Article de presse paru dans www.afrikara.com
 

Le Pharaon Inattendu de Mouelle II : Roman africain

sur fond D'Egypte Ancienne, A Découvrir ! 

 

Par Ze Belinga

 

Une bonne surprise que cette livraison de dernière minute de l'année 2004, cinquantenaire du Livre Nations nègres et Culture de Cheikh Anta Diop, Le Pharaon Inattendu de Mouelle II [Menaibuc] se veut un jalon pionnier du roman africain moderne. Héritier littéraire du savant sénégalais dont l'œuvre poursuit sa transformation des représentations du monde, Mouelle II innove en proposant sur le mode de la fiction une relecture rebelle mais sans effusion apparente, de l'histoire africaine à travers le conte initiatique de la réincarnation d'un pharaon illustre…

 

L'intérêt de la démarche est pour les Africains, leurs Diasporas et Descendants de reprendre possession de la totalité existentielle et spirituelle continentale telle que les Africains aujourd'hui la conçoivent et se la représentent. Cette réappropriation de l'antiquité africaine devient une matière fertile à imaginaire, matière débridée et passerelle vers des questionnements et renouvellements identitaires. Les Non Africains y verront une Egypte nouvelle dialoguant avec son bassin socioculturel authentique, l'Afrique subsaharienne, avec d'étonnants effets de fiction et de relecture de l'histoire universelle. Les Africains contemporains expliquant l'Egypte mieux que quiconque, les parentés qui structurent la trame du récit éclairent d'un jour distinct les égyptophiles autant que les curieux amateurs de fresques et d'épopées africaines.

 

Certes les ratiocinations des thrillers «égyptiens» vus de Paris, Londres, New York, inlassablement orientalisés ou méditerranéisés par la confrérie des auteurs de best-sellers a ceci de lassant qu'elles exploitent la même poussive antienne du mystérieux, en prenant soin d'éloigner, d'ignorer le caractère nègre de l'Egypte pharaonique. Et la nouveauté d'un auteur africain assumant l'Egypte négro-africaine comme un fait historique avéré et incontestable apporte de l'aération dans la mesure où ce royaume-référence africain qui a abrité plusieurs dynasties, ethnies et peuples aujourd'hui émigrés en Afrique subsaharienne, ne se comprend que dans le grand ensemble négro-africain. Et vice versa.

 

Aussi les trajectoires spirituelles, mnémoniques, les initiations à la sagesse des Anciens et aux sciences et techniques traditionnelles renvoient t-elles au corpus égypto-nubien et soudanais. Le roman africain peut donc replonger dans un air frais et éthéré, nouer les intrigues du présent et du passé, se faire contemporain ou historique, mais avec une partie en plus de son être à vivre, à inventer.

Il reconquiert sa liberté de mouvement de création, de re-création, de régénération osirienne… Il peut vibrer décomplexé en acteur et diseur de sa propre cosmogonie exhumée pour soi et dans un élan authentique vers et pour tous.

 

Comment Mouelle II s'y prend-il pour articuler la vie d'une réincarnation à Cuba d'un pharaon d'Egypte revenu assumer une mission sacrée et hautement importante, dans le monde d'après les déportations négrières, d'après les «indépendances» ? C'est à voir, à lire. Toujours est-il que la compagnie des Lumumba, Césaire, Um Nyobé, Savimbi, Shona, côtoie aussi le long de l'œuvre les Castro, Che Guevara,…

La jonction implicite de l'Antiquité à l'époque actuelle se fait par la période négrière que l'auteur s'impose de travailler. Esclavage, Napoléon, Révolution, sont happés dans le tableau du narrateur qui les emmêle dans des tribulations spatio-temporelles où initiations, rituels, sommeils, réminiscences embaument les personnages et la trame du récit.  

Avec tout l'intérêt que représente cette démarche qui se ré-enracine dans l'antiquité nègre égyptienne pour féconder l'imagination créatrice du roman, il n'est pas toujours dit que l'ambition encyclopédique de l'auteur, de même que des concessions un peu spectaculaires à une tendance à la saisie brute crue soient d'un apport décisif au contraire. 

Le Pharaon Inattendu porte cela dit bien son nom, et il est à espérer qu'il fasse école ou qu'il laisse … une colonne indispensable au temple prospère de l'imaginaire revivifiant de demain. A découvrir donc.       

 

Ze Belinga 

 

18/03/2005

Voir le site de l'éditeur : www.menaibuc.com

Saturday 13 May 2006, a 14:30
Mba nde ne Neferâ (je suis Neferâ en langue duala)
 

Mba nde ne Neferâ

 

Mênê ma mudio

Ma telamê

O ngey'am ña lôndô nini wêngê

Na boso bwam ka pô ka mudi mwam

Ba miasêle sona lô o weï ima kase mba

Mba nde ne Neferâ

 

Ebolanê nà ndolo e bê

E bê longê ; e lañe ; nà longê di suleye

O teten'a moto na moto

Nde na bewekedi pê

Kana mañongô ma

Ngeñget'a wuma na mawa nô

 

E bolanê nà

Eyeemê na ngey'a dibambê

Ba lande pêtê o tina l'ebeyedi yaasam

Kana e tanô o ebayed'a ponda ba tetê

Ye nde nje

Ba telêyê nô mba

O ngey'am ña jukeya o man manda

 

Mba nde ne Neferâ

 

Misô mam

Mama lôngô mwênên

Matanga mam ma chama ngand'a meengu

Ñiñgwam ema duta bedingêdingê ba ngum'à musango

O tenten'a bwanga bwam ngôm'aa mimbu ima doma

Ma doï ma wonja bana

Wuma ngeñget'a bebayedi ima pañisê nô

Betatedi ba mbamb'a bosangi

 

Mba nde ne Neferâ

 

Tetê a ñotêlê mba nà

Muende mwam ma moom

Muma bupê matanga ma batinedi

Mwa dimôsê  muma nôngô matao

O moñ'a sôl'a bosangi

Mbômbo'am e telamê a belangedi ba muititi

Na ewus'a malô mena

Ñakaka'a bato ba benama esima tapa nô

 

Ema pula nà bona bam bukeye

Badubedi ba je

Nà o teten'a man masoso

Milema mi bokisê mawongi ma dipita

Malondi na bongo

O teten'a palan'a muititi

Mwa nin wase ni si bedi kasê mba

Na mulema môô

 

Badubedi ba wongisê dikundu l'eweked'a peña ne nô

Nà doï lam di kwale na :

Giñ'a longê lam ema wa nde o jênê

La ba bena balom mba

 

Mba nde ne Neferâ

 

Bwam bwe o milema mañu bo namisê yabê lam.

 

 

© Muele Nu Lôndê ba ba

  

 



Saturday 13 May 2006, a 00:33
Article paru dans www.grioo.com
 

Le pharaon inattendu de Thierry Mouelle II

  

Chronique d'une fiction nous ramenant aux heures de gloire de notre civilisation

 

Par Elisabeth Vieyra    

  
Shona a fui le Cameroun avec ses deux frères et est devenue cubaine. Mariée à un descendant de colon espagnol, héros de la révolution cubaine, elle se découvre prêtresse d’Isis, messagère du passé et initiatrice du futur, destinée à préparer l’arrivée d’un « guide », incarné par son enfant à naître. Son fils, Kuando, est la réincarnation d’un envoyé des dieux, Neferptah. Intermédiaire entre les Absents, les morts, et les Vivants, le présent, sa mission sur terre est de comprendre le présent pour préparer l’avenir. Quel est le destin de cet enfant, quel est son rôle et le sien ? C’est ce que nous découvrons à travers ce livre sur fond historique et de rites magiques ancestraux.

Derrière le destin d’une jeune femme, Shona et de son frère, Père, tous deux devenus citoyens cubains après avoir fui le Cameroun, l’auteur nous fait découvrir Cuba et son histoire. Une histoire basée sur le génocide des premiers occupants de l’île, la traite des africains, les guerres d’indépendance face aux Etats-Unis d’Amérique et face à l’Espagne, et pour finir, la révolution et le régime Castriste.
Mais au-delà de l’histoire de Cuba, nous plongeons dans l’histoire de l’Afrique et du destin des africains de l’esclavage à aujourd’hui. L’île est la porte d’embarquement pour le retour vers « Kemet, la Terre sève ». 


L’histoire du peuple noir est devenue indissociable de l’histoire du peuple blanc, c’est l’histoire de l’humanité, et l’histoire de Cuba représente cette humanité : ses défauts, ses forces, son peuple métissé, la place que sa société donne aux descendants des africains…

A travers les réflexions de ses héros, Thierry Mouelle II nous amène à nous interroger et à apporter des réponses, sur des sujets rarement évoqués tels que les responsabilités de nos ancêtres sur le destin de leurs descendants aujourd’hui.

La naissance du fils de Shona, Kuando, réincarnation d’un émissaire du passé, est le prétexte sur fonds de rites de l’Egypte antique, à des réflexions sur les travers de l’humanité, sur la capacité de l’homme à faire souffrir son prochain, au nom des préjugés, de la force, de l’économie…

L’auteur porte un regard cynique sur les soi-disant démocraties occidentales et les républiques communistes du sud, mais surtout « sur les terres africaines pour leur indolence et passivité ». 


L’une des qualités de ce livre est de nous amener à faire face aux tabous de notre histoire et à replacer celle-ci dans l’histoire de l’humanité. Ainsi, le rêve récurrent de Père sur la mort de P. Lumumba, est en quelque sorte le réveil de sa conscience qui dénonce la faiblesse de ses contemporains. L’histoire de Shona, c’est l’histoire d’une fuite suivie d’une quête vers une identité perdue ou plutôt étouffée pour se protéger. Son passé, son histoire la rattrape. Elle réalise que ce qu’elle est aujourd’hui est non seulement le résultat de sa construction personnelle ici et maintenant, mais aussi des drames de l’Histoire de l’humanité.

Mais dans le roman de Thierry Mouelle II on trouve aussi du surnaturel, des rites magiques, des fantômes, des sorciers.
Il y a aussi de l’amour, de l’humour, de la passion, du théâtre, de la peinture, de la poésie… éléments essentiels à l’être humain ; ils ont une place importante dans l’histoire de nos personnages et dans l’histoire du livre lui-même.
Tous les ingrédients sont en place pour se passionner pour cette fresque historique passionnante qui se lit d’une traite et que l’on termine presque avec regret.

Le Pharaon Inattendu, est un conte initiatique, vers une quête de soi, de son identité et de son bonheur. C’est un message d’espoir pour tous, un message qui dit que notre avenir est entre nos mains et que nous en sommes responsables seuls.

Quelques questions à Thierry Mouelle II 


Pouvez-vous m’expliquer ce qui vous a amené vers l’écriture ?

C’est d’abord la lecture. Une lecture qualitative orientée vers la connaissance de soi. A travers des œuvres majeures, autant des philosophes que des idéologues, mais également des poètes. A ceci de particulier que j’avais comme guide, mon père, un révérend pasteur très cultivé qui s’intéressait au monde entier et surtout aux religions révélées qu’il enseignait au tant qu’il les expliquait.
Ceci m’a amené à lire la bible de la genèse à l’Apocalypse pour maîtriser la cosmogonie judéo-chrétienne telle qu’elle s’offrait à ma culture d’enfant et telle que plus tard je devrais la prendre comme socle de réflexion sur l’univers.

A côté de cet apprentissage de la bible j’ai également, toujours aidé par mon père et par ma tante magistrate qui a également participé à mon éducation, plongé dans la lecture transversale des philosophes tels que Nietzsche, Kant, Ebenezer Njoh Mouelle, Kwamé Nkrumah, Jomo Kenyatta, Julius Nyerere.

Ma rencontre littéraire avec Aimé Césaire, au travers de son poème Cahier d’un Retour au Pays Natal, sera le déclic qui me permettra de saisir que le peuple Noir à une histoire spécifique qui interpelle qu’on s’y plonge densément.
Il en sera de même lorsque je lirais Senghor dans son recueil Ethiopiques ou dans bien d’autres poèmes de lui où l’accent est mis sur la revalorisation de l’image du Noir dans l’univers des Hommes.
S’ensuit Léon Gontran Damas, Langson Hugues, Richard Wright… un trop plein de créateurs qui finissent par me convaincre qu’il y a de la place pour continuer l’œuvre de mise en orbite de notre manière de voir le monde, nous les Africains que nous soyons du continent que j’appelle dans mon roman « Kemet la sève terre », ou de la diaspora (nos pays de déportation et d'exil).
Pour autant, en parachevant ce parcours d’édification d’une conscience Noire, j’ai rencontré Cheikh Anta Diop à travers son œuvre majeure Nation Nègre et Cultures. Le lien a été tissé pour que je reste désormais lecteur de mon histoire avec les clefs que désormais je pouvais avoir à travers ces recherches. Voilà ce qui m’a conduit à l’écriture. 
 
Quelle est l’idée qui conduit  "Le pharaon Inattendu "? Pourquoi l’Egypte ancienne ?

Toute quête identitaire, pour peu qu’elle se veuille sérieuse, doit à mon sens avoir un point de chute le plus éloigné possible du présent, pour être à même de dresser une linéarité généalogique. Il se fait que les travaux de Cheikh Anta Diop (suivis de bien d’autres chercheurs et scientifiques africains ou africains américains) couronnés de succès au colloque du Caire en 1974 par l’Unesco, ont démontré le caractère négro-africain de l’Egypte pharaonique. Notamment dans son édification spirituelle, économique, politique et culturel, bien avant la rencontre de ce peuple du nom de « Kemet » ou « Kemiou » avec le monde leucoderme (les européens).

Le pharaon Inattendu se réapproprie toute cette richesse. Il s’agit de perpétuer le lien entre hier et aujourd’hui, nous et nos ancêtres ayant bâti l’une des plus splendides civilisations que l’univers ait jamais édifiées. Surtout que, ayant traversé les ouragans historiques les plus terribles tels que l’esclavage, la colonisation, et aujourd’hui la néo-colonisation et l’exacerbation du racisme eurocentriste, notre mémoire nous est amplement disputée, elle nous est vertement déniée. En écrivant un ouvrage comme le Pharaon Inattendu, ouvrage qui scénarise l’histoire du peuple noir en la replaçant dans la lecture universelle de l’humanité, je tente pour ma part non pas de revendiquer mais de construire l’homme nouveau, un homme dénué de toute considération haineuse mais qui s’enrichit des particularités et des particularismes.

La grande richesse de ce livre est de proposer une lecture du monde et de l’histoire sous le prisme de ce qui parfois n’est pas dit, en essayant de rester dans le domaine de la fiction, bien que cette fiction soit tirée d’une histoire vraie.

J’insiste sur l’idée qui conduit ce roman ?

On dit que les noirs n’ont rien apporté… au concert universel du donner et du recevoir. J’ai la prétention de dire que c’est farfelu d’avoir des idées comme celles-là. Combien de gens savent que le réfrigérateur a été inventé par un Noir ? Combien de gens savent que la machine à réguler et à contrôler les transmissions électriques a été inventée par un Noir ? En France par exemple, qui sait que le vrai père du nucléaire civil est un Antillais [Georges NICOLO]? Que c’est grâce à lui qu’aujourd’hui on a le courant électrique continu à portée d'un interrupteur?
Je pourrais citer jusqu’à épuisement de mon souffle un nombre impressionnant de systèmes, d’objets et d’appareils du quotidien qui sont issus du génie nègre. Lire à ce sujet le livre de Yves Antoine Inventeurs et Savants Noirs.

Il faut donc amener les Africains à ne plus douter d’eux-mêmes. Surtout les jeunes à s’investir d’un capital de confiance leur permettant de créer, d’inventer, parce qu’ils auront su que le génie du peuple Noir ne s’est jamais éteint entièrement.

J’attire cependant l’attention sur le fait qu’il ne faut pas faire comme les autres : tomber dans le piège de la haine.

Un homme équilibré est un homme qui ne sait pas ce que la détestation de l’autre veut dire. Le Pharaon Inattendu est un livre qui enseigne la tolérance, la maîtrise de soi, la culture de l’amour.

Mes personnages revendiquent une seule identité : l’identité humaine. Ils peuvent avoir à être des mélanodermes (noirs), des métisses, des leucodermes (européens), les actions qu’ils portent dans le livre ne traduisent pas seulement leur appartenance socioculturelle mais l’influence de l’éducation, mais l’influence de leur libre arbitre.

Chaque acte posé par un homme peut engager l’humanité entière et par-delà, la liberté ou l’enfermement de l’Homme.
Je raconte donc l’histoire du monde. Avec cette fois aux premières loges, les Africains. Car, pris dans le tumulte de la mondialisation et de l’anéantissement des particularités identitaires, ils sont devenus une « quantité négligeable » dans un système où la marchandise qu’on vend a plus de valeur que l'être humain. Ma prétention est de dire que l’Africain dans son contexte de « sous-développé » est peut être l’avenir du monde.

 

Propos recuillis à Paris par Elisabeth VIEYRA

 

www.grioo.com

02/10/2005



Friday 12 May 2006, a 23:34
De l’autre côté des fils barbelés *
 

PREFACE de Thierry MOUELLE II 

 

Les fœtus avortés de notre génie 

Victoire. Le mot s'est envolé. Combien de temps a-t-il dû jouer à cache-cache avec la suspicion, la constriction, le bâillon ? Vingt ans ? Quarante ? Soixante ans ? L'envie me submerge de dire à pleins poumons : des siècles. Car quel visage donner au temps réel dans cet espace de non-vie où tous les matins l'histoire du mot devait se construire au rythme d'une marche qui toujours dépendait de l'humeur de la flicaille, du sens et de la couleur des casques de combats ? Qu'est-ce que le temps quand par la magie du verbe rebelle, l'auteur se permet de (re)plonger dans cette anse de non-être où les bouquetins du mal se pavanent, où les brodequins et les matraques jouent d'émulation permanente dans leur prétexte d'intangibilité entre la légitime vocation d'une jeunesse avide de savoir et de mieux-être et le Pouvoir incapable d'accéder au premier des principes républicains : la santé du corps et de l'esprit de ses enfants ? Pourtant c'est le même temps incompressible qui me donne aujourd'hui, témoin de tant de corolles d'inhumanité portée en bandoulière, à revoir à même distance d'exil que l'auteur, le bal des fœtus avortés de notre génie.  Victoire. Le mot s'est envolé. Loin de nos vieilles âmes paillassons. Loin des pectoraux mollassons, des seins inutilement papayes, des regards bouffis de rance et de vermine de mauvais vin, des jambes rondes aux mollets maudits de sommeil, aux bras de tellement de beurre qu'on ne comprend pas pourquoi ils sourient au soleil.

 

Il s'est envolé le mot. Pour nous qui rêvons de sourire au matin qui se lève. De chasser un soir, un matin, le soupir d'indécence qui meuble les soirs de ventre de faim, les midis de vertige et de tangage sur un sol qui ondule dans son silence des chansons qui peinent à être claironnées devant tant d'enfants qu'on accompagne à la fosse commune. Tant d'adultes qu'on laisse aux oiseaux de proie sur leur chemin vers un peu d'espoir. Un peu. Simplement. Comme tant de chacun assassiné depuis … que le pays a un nom. Un visage. Une carte. Une couleur. Un sens économique, politique, culturel. Malheureusement sans âme. Ni cœur. Souvent. Toujours.

 

Le mot s'est envolé loin de la « colline du savoir ». Enigmatique patronyme d'une Université tropicale que le géniteur dictateur et son héritier ont voulu faiseuse de brailleurs au perroquétisme parfait. Au nanisme intellectuel. A la plume cassée. A l'esprit enrhumé. Mais qui, en pourvoyant d'hier à aujourd'hui « la colline aux oiseaux», triste monceau de chairs torturées et exposées aux intempéries de Yoko, de New-Bell, de Tcholliré, de Nkondengui, de Mantchum ou de la rue en guenilles, démontre que les dictatures resteront toujours les alliées objectives des plus belles révoltes des esprits justes. C'est au cœur de l'humus du mal humain et de la négation des droits et libertés qu'apparaîtront toujours les plus belles fleurs d'emblème de l'espoir en l'Homme. Pour avoir été de cette « colline au savoir », pour avoir bu dans la mare du « non » social et jeune, qui donc mieux que Martin Momha pourrait tenir la légitimité d'une révolte juste ? Qui mieux que lui devrait étaler en peinture le ras-le-bol de toute une génération illusionnée d'indépendance et d'aisance sociale et économique ? Qui mieux que le poète saurait ce qu'est la dictature du singulier contre le collectif ? C'est donc avec sens qu'il peut écrire : « L'infini m'attire et me fascine comme une ferraille mobile dans un champ magnétique ». Car il est à l'étroit dans un monde qui ne produit que deux collines: la colline du savoir et la colline aux oiseaux. L'une étant sans qu'on ne veuille se l'avouer mère de l'autre.  Fils bâtard de ces deux monstres, il se débat énergiquement pour échapper au «misérabilisme » ambiant, voit partout des « vieillards dépenaillés au regard de détresse », décrit la jeunesse exilée, livrée à tous trafics même celui de beaux corps de reines abandonnés aux «toubabs friqués ».  

 

De la colline du savoir à la colline aux oiseaux, le poète traîne sa bave d'insoumis, son dos piétiné, sa poitrine concassée sur l'enclume de l'indicible, il voyage dans le mal du frère et de la sœur dont le sourire ne veut plus rien dire.  Malade de l'être et du sens des gestes humains, il refuse pourtant de se laisser aller à autre chose que d'«accompagner le peuple dans la rue séditieuse pour débouter des souverains tyranniques » des palais et de sa vie de chaque jour. Pour autant riche de tout ce sens pluriel, il convient quand même d'avertir que l'œuvre de Martin Momha est un terrain délicat. S'y aventurier exige des pièges à éviter. Par exemple celui qui consisterait à vouloir cerner ce discours révolutionnaire comme une autobiographie qui fusionne l'auteur et le narrateur. Leurs expériences bien que comparables sont loin d'être identiques : Martin Momha n'a jamais été emprisonné, il n'a jamais déposé une demande d'asile dans un bureau d'immigration. Cependant, comme son héros, il réside en Suisse avec un statut d'étranger. Il a participé à des rebellions estudiantines et a souffert des affres d'un système politique et universitaire odieux. Le retour au pays natal et son implication politique qu'il prône n'adhèrent pas pour le moment à sa stratégie de vie. Son rêve d'une vie équilibrée tient d'une maxime qu'il a faite sienne : « Là où on est mieux, c'est là la Patrie ». L'œuvre de Martin Momha rompt ainsi avec les techniques et les canons classiques d'écriture. C'est une fresque littéraire qui échappe à tout postulat de catégorisation. Poème ou prose ? Narration ou réquisitoire ? Monologue ou album de souvenirs ? Superflues que toutes ces questions prises à l'unicité car tout indique qu'il s'agit de tout cela à la fois. Un nouveau genre englobant. Car c'est avec facilité qu'il migre d'un registre à un autre, sautant par-dessus les frontières étanches entre les genres et les peuples pour créer la «globalisation de l'écriture ». Ainsi va-t-il de la première station à la dernière, dans un accent satirique et un verbe lourd de vérité.  Ancien séminariste, l'auteur est allé fouiller dans le vocabulaire ecclésiastique pour trouver une nomenclature systémique à son discours. Il  tente de créer un rapprochement entre la mission du divin fils sur la terre et celle de son héros.

 

Ainsi, le concept de « station » renvoie symboliquement à la représentation cadencée de lapassion de Jésus Christ. Il s'agit d'une cohorte d'évènements pathétiques qui retracent la trahison, l'arrestation, la condamnation, la crucifixion, la mort et la résurrection du Christ. Le héros momhaïque accepte volontiers de faire don de sa vie pour que la paix, la liberté, la démocratie, la justice sociale et le développement règnent. Un contexte qui n'est pas sans rappeler la vie et l'œuvre de Nelson Mandela, Thomas Sankara, Alexandre Doualla Manga Bell, Um Nyobé Etc. des héros se donnant à l'holocauste pour des causes justes. 

 

De l'autre côté des fils de barbelés est donc un verbe émouvant. Il en appelle au constat de la terrible circularité du temps africain, donne à lire les dommages des indépendances qui n'ont pas pu accoucher d'autre chose que la sinistrose collective à même visage de squelettes rabotés, comme si espérer le développement de sa terre est une œuvre contre-nature qui ne peut induire que la prison, la mort et l'exil, comme si quiconque ose dire le peu qu'il ne faut pas est conduit irréversiblement vers le ban de sa propre lignée, ne lui restant qu'un voyage de cent quarante escales ou stations pour catalyser le mot jusque-là indigeste en le transformant en  train verbal, pour abattre des palissades de la haine et « des murs funèbres où mugit l'hydre des pyromanes ». Qui oserait nier que ceux qui s'exilent sont encore plus mal que ceux qui restent conscrits dans les cachots du désespoir ? Le chant poétique du héros Momhaïque est le mal de celui qui est parti sans jamais quitter véritablement sa terre. Il la voit. La sent. Respire ses moindres frémissements. Pense et dort à l'étroit dans l'immensité généreuse de l'espace-gîte qui l'accueille. Pauvre parmi les riches du pays de TELL, il sait que sa place est au pied de l'arbre sacré où «son nombril négroïde a été inhumé ».

 

Cet attachement aux origines est incontestablement une réactualisation de l'idéologie de la Négritude dont l'un des principes caractéristiques est le retour aux sources. Dès les premières pages de ce livre, l'on comprend vite que l'exil est le plus grand mal qui puisse arriver à un homme de liberté. Mais une victoire aussi parce qu'on respire hors d'une Terre impie où le bourreau vit d'imaginer ce qui ralentit l'agonie, accentue la mortification, pour qu'entre les deux jamais ne jaillissent les architectes d'une nouvelle colline entêtée comme il en faut sur un sol où plus personne n'ose s'entêter de bon sens. C'est pourquoi, ayant lui-même écumé les rages de son pays mouroir, ayant blâmé tôt l'encensement de sa terre de poussière assommante, ayant mis à ses pieds le verbe-serpillière et la langue-savon, donné de son énergie pour lui rendre ses chatoiements d'antan, l'auteur nous offre aujourd'hui le miroir où son héros vide son défilé de souvenirs dans une sociologie comparée entre lui et lui-même, entre son pays dévasté et les terres d'ailleurs, un ailleurs dans lequel il a trouvé refuge. Mais même le refuge n'est pas un antre de paix. « Xénophobes » et «vilains perquisiteurs » le traquent avec « matraques et chiens policiers ». Doublement rejeté, le combat qu'il livre se déroule sur deux fronts diamétralement opposés, séparés entre eux par un mur en barbelés : sur le versant Sud il y a le pays natal où sévit la dictature, la corruption, la misère… Et sur le versant Nord il y a le pays d'accueil où règne la discrimination, le racisme, la dérision...  Eternel bâtisseur, son retour n'aura donc de sens que s'il bâtit l'espoir, édifie la part de bonheur qui revient au Peuple. Mais quand serait-ce ? L'auteur a le don de nous faire vivre ses multiples moments d'interrogations. De convictions. De larmes.  Homme ? Enfant ? Adolescent ? Lequel de ce lui-même multiple en son unicité tient ici la torche qui tente l'éclairage de ses propres nuits d'incertitude ? Répondre à cette question c'est admettre aussitôt que l'univers de ce monologue d'une rare densité refuse d'appartenir à son contexte typiquement africain pour épouser l'angoisse universelle de l'homme face à l'obsédant désir de liberté, de dignité et de joie. Jamais poète n'a été aussi politologue. Philosophe. Jamais poète n'a été aussi économiste. Momha saisit la totalité de la société moderne pour l'exposer à la critique espérante de la restitution de l'homme à l'humanité et de l'humanité à son premier devoir : le bonheur de l'Etre.  

 

Paris le 24 novembre 2005 

 

*texte intégral

 

De l'autre côté des fils de barbelés est un livre de Martin Momha publié aux éditions Le Manuscrit  à Paris.

Nombre de pages : 97

N° ISBN : 2-7481-6542-X

Prix : 13,90 euros



Friday 12 May 2006, a 22:54
Père, voici ton fils
 

Père, ô Père

Qu'est-ce que le destin

Qu'est-ce que la vie

Loin du soleil de mes terres

J'embrasse l'angoisse du sage

Ce pourtant qu'à trente-sept ans

La haine rampe

Au seuil de ma porte

M'empêche de sortir

M'empêche de rire

M'empêche d'aimer

Et de porter

Mes sandales

Mes belles sandales de lumière

 

Père, ô Père

Était-ce donc là l'école de la vie

Vivre de voir toujours muselées

Les vertes réponses

Aux abaissements de l'homme

Quand la faim de leurs chairs

Vient tromper encore

Mes sourires

Mes sourires du matin

 

Père, ô Père

Mes murs du soir m'enlacent de silence

Ceux du jour

Me donnent des losanges d'indifférence

Je regarde au loin

Le vent danser sur les visages

De ceux que j'ai en mémoire

Quand sur mes yeux

Transpirent la peur et le vide

Aux noces du deuil

De mes amours

Mes amours bâtardes

 

Père, ô Père

Comme le bonheur

Les douleurs d'un enfant

Se lisent sur les lèvres

D'un  parent qui l'aime

Les miennes reposent

Sur le corps flottant de tes visites rares

Je viens à ta porte

Demander le Livre des Songes

Car ma vie a cessé

Oui, je songe sans comprendre

Sans comprendre

Père, ô Père

Mes mots ont perdu de leur écho

Dans les labyrinthes de mon dedans

Ecarte mes actes des abords

Des miroirs qui mentent

Fixe mes pas dans le souvenir

De tes plats de miel

Que le sourire me revienne

Qu'il fertilise

Mon champ d'être

Que ma main tendue

Froisse la dignité du Mal

Et apporte la lumière

Sur le regard des miens

En bave de fatigue

Que les étoiles me laissent encore

Déambuler en cette poussière de sens

Car de tous ceux que tu as aimé

Il n'y a pas mieux que toi qui résonnes en moi

Pour écouter le silence de mes bruits liquides

Père

Ne me laisse pas aller

A la facilité du péremptoire

Car je suis la continuité de ton sang

Et le ciel marche

Le ciel marche en moi.

  

Mouelle II 

Paris le 17 juillet 2005



Friday 12 May 2006, a 22:48
Le chant de la révolte juste
 

 

Ton visage m’est si lointain

Si proche

En ce parfum que je sens

Par ton absence

Pays mien

Souffle de mes pas

Nombril de mon regard

Temps de mon âme

 

Ton cœur m’est si près/ si loin

Dans son élan d’insoumission

Aux alibis du bien-dire

du peu-dire

du peut-être-dire

du pas souvent-dire

du rien-dire

quand les lèvres se tendent en silence

au-dessus du puits sec du verbe des hommes

lacéré à coup de crachat menteur

et d’espoir éteint sur les visages émaciés

de peur et de faim

 

je n’attendrai plus

non

plus longtemps

sur cette route sévère

où dorment déjà tant d’esprits féconds

je n’attendrai plus que le soleil vienne

me réveiller à l’aube de toutes mes vieillesses

du corps

du cœur

et de l’âme

au soir des enfances abâtardies

par le cœur de la République assassine

 

je me suis fait hier soir le ciseau redouté

qui tailladera les ventres gloutons

et les iris d’indifférence

Il exposera des chairs immondes

au préau des enfants de la Révolte juste

pour que la joie me revienne

par eux joyeux

du malheur des dictateurs

 

oui, ton cœur m’est si loin

ton parfum si aérien

que ma larme s’est solidifiée

assise longtemps

sur l’étal de l’impossible étreinte

Pays mien

Souffle de mes pas

Nombril de mon regard

Temps de mon âme

Je t’ai vu Révolte

Dans le sang asséché

De mes marais de pus

De mes palais de jasmins brisés

quand me diras-tu le moment

le lieu

quand me diras-tu le nom et l’âge

des démagogues à déshabiller des mots

pour qu’enfin ma main frappe

à l’équilibre de l’essentiel ?

                            mon cri se peignera

tôt ou tard

sur leur crinière capitonnée

et alors mon sourire pluriel

s’affichera

pour l’éternité.

 

Mouelle II

10/2005



Friday 12 May 2006, a 21:12
Article de Jeune Afrique sur Le Pharaon Inattendu
 

ROMAN Par le journaliste camerounais Thierry Mouelle Il,

un thriller africain sur fond d'Égypte ancienne ...

 

Un pharaon à Cuba !

 

Par Alex Siewe

 

L'histoire est menée tam­bour battant, les person­nages sont crédibles et attachants. Thierry Mouelle II n'est pas encore une icône dans le paysage littéraire africain, mais ce roman, son premier, ne manque pas d'audace. Entre fresque histo­rique, fiction classique et conte ini­tiatique, l'auteur met en scène l'Égypte pharaonique pour mieux faire passer ses réflexions sur la société africaine actuelle.

  L'histoire com­mence à Cuba. Shona Mandèsi, l'un des personnages principaux, est his­torienne. Grande prêtresse d'Isis, elle s'apprête à mettre au monde un fils. C'est en cet enfant qu'elle puise sa capacité à remonter l'histoire jusqu'au XVIIIe siècle avant notre ère quand les Hyksôs, «une horde de bar­bares venus de l'Est ", envahissent la terre sacrée des pharaons. Ils seront suivis par Alexandre le Grand en - 333. Ses descendants formeront la dynas­tie des Ptolémées, à laquelle appar­tiendra Cléopâtre. Comment les Négro-Africains, « bâtisseurs des pyramides", ont­-ils pu se laisser surprendre par l'évolution de la modernité au point de ne plus compter que comme quantité négligeable dans un monde en pleine ivresse scienti­fique et technologique? Avec l'aide de Sia, le dieu de l'intuition des causes, Mambingo, encore appelé Père, joue du clair-obscur et plonge quand il le veut dans l'Égypte sacrée pour quérir des réponses à des situations dépassant son entende­ment. Mais pourquoi hurle-t-il à longueur de journée les effroyables détails de l'assassinat de Patrice Lumumba?

Autour de cette famille étrange gravitent d'autres personnages hauts en couleur. Au premier rang: le grand prêtre d'Osiris qui conduira Shona dans la clairière des Cèdres, pour recueillir l'âme de l'enfant et l'insuf­fler dans l'enveloppe charnelle qu'elle porte. Pedro Montoya, artiste peintre, infirme et provocateur. Sa com­pagne, Mélina Cordélia, médecin, amie et belle-sœur de Shona. Mêlée à une sombre histoire de trafic d'art avec la mafia russe présente sur l'île de Cuba, elle croise, au lendemain de l'exécution de Pedro, le chemin des services secrets, les­quels, au nom de la « raison d'É­tat ", exercent violences et pressions psychologiques. L'initiation est rude, l'émotion vive. Chaque personnage supplie qu'on prenne en compte sa personnalité double.

Derrière l'apparence se poursuit une quête de l'homme profond. Comme si l'auteur nous faisait comprendre qu'aucune identité de nos jours n'y échappe. Que le règne du métissage est là. Le grand métissage de l'humanité, appelé à mettre fin aux égoïsmes, car en  nous cohabitent une ou plusieurs parts de l'autre .

Cette scénarisation de l'Égypte pharaonique est inédite dans le roman négro-africain franco­phone. Écrit en quatre parties (le Livre de la Source; le Livre du Milieu; le Livre de l'Enfant; le Livre de la Déchirure), Le Pharaon inattendu est un regard à la fois distant et englobant sur le monde depuis les temps anciens jusqu'à nos jours, à travers quelques mor­ceaux d'actes majeurs. Une socio­logie politique et culturelle de l'Afrique actuelle où l'humanisme de l'auteur impose à ses person­nages de pleurer sur l'âme d'un monde fait de violence, de bruit et de mensonges. Il pose un constat : si l'homme d'hier vaut celui d'au­jourd'hui par sa station debout, tout les oppose pourtant, à com­mencer par l'incapacité de l'homme moderne à se remettre en question, si ce n'est son manque total de volonté de se regarder dans un miroir. Le miroir intérieur.

Le journaliste et homme de radio camerounais Thierry Mouelle II signe là un livre dense, d'une force poétique étonnante. Au-delà de la trame romanesque, il énonce avec froideur et sans faux-fuyants des vérités qui dérangent. Le Pharaon inattendu puise dans l'histoire et la légende pour entonner des chants d'espoir.

 

JA/L'INTELLIGENT N° 2308 - DU 3 AU 9 AVRIL 2005  



Friday 12 May 2006, a 00:35
Les Confidences du soleil
 

Les confidences du soleil

 

Soudain le grand vide

L'aile du temps suspend son battement

Le souffle de la vie s'éteint sur la pierre

Et sur la pierre

Mon âme danse d'un pas léger

La danse du départ brusque

Alors que ma main tendue

Entend la résonance des tôles

La cacophonie des amas

Elle entend la terrible voix du silence

En cette terre de plaisance

Où accidentellement j'ai dressé

Ma tente d'éternité

 

Soudain le grand vide

L'aile du vent avance sa cadence

La cadence du départ devance

Ma ferme envie de rester parmi les miens

De vivre ma joie d'être

D'être debout à l'appel des sourires

Et des dents écarlates

Posés par-dessus les lisérés de soie

Ce matin

Et les autres aussi

Pour chanter le chant des cannes

L'altière symphonie des murmures de vagues

L'orage des amours et des peines vieilles de sept siècles

Et donner au pipiwit chantant

Les confidences saignantes d'une mauvaise nuit

Où la lune assassine voulut m'aspirer

Vers le néant et l'oubli des sens

 

Mais, les enfants, je n'ai pas pu

J'ai essayé mais je n'ai pas pu

Résister à la pesanteur qui me tendait les bras

A la vrille

Me souriant comme un boucher

Au veau qu'il élimera bientôt

Et lorsque la porte de la fin s'ouvrit vers le commencement

Juste un petit bruit me confia les mots

De ce testament de vol

« Soyez heureux, je ne suis pas mort : je dors »

 

J'ai offert mes chairs aux anges de l'infini

Qui exécutent la chorégraphie de mes morceaux

De vie

De corps

D'être

De mes morceaux d'attente

D'espoir

D'espérance

Eparpillés un soir d'été

Au passé sanglant

Au présent d'incertitude

De tristesse

De vide

D'impuissance

Sur cette glande de destin

Décorée aux ailes de fer

Fermée aux nouvelles naissances

Prête aux mises en abîme de mon âme

 

J'ai confié mon sang au nénuphar sacré

Donné mes os aux plastiques des mains du retard

Mon souffle dort avec moi

Dans la forge où se fabriquent les larmes du soleil

Puissiez-vous dessiner ma voix

Dans les gorges des enfants qui naissent

Dans les soupirs de ceux qui diront l'histoire

Puissiez-vous intégrer mon regard

Dans les lumières des réverbères

Qui hantent les têtes silencieuses

Pour que je voie

Ce que voient ceux qui marchent

Qui rampent

Qui coulent

Qui disent au temps

La force de l'amour

De la mémoire

Car je sais : vous à ma base                                                                                        

Je renaîtrai au temps d'éternité

Puisque je ne suis pas mort

Je dors

En vous

Et je suis lumière

Je suis soleil.

 

© Mouelle II

Paris le 27 août 2005

 

*En mémoire de toutes ces parties de nous

rappelées à l'éternité

Lors du crash d'avion du mardi 16 août 2005

au Venezuela

 

Présentation
Journaliste, poète, écrivain, banquier et Consultant en Business International, Mouelle II fait partie de ces hommes pluridisciplinaires dont le génie ne cesse de surprendre. Titulaire d\'un International Executive Master of Business Administration en International Business Management, et Postulant PhD dans la même discipline, Mouelle II prodigue ses conseils aussi bien en management stratégique des entreprises et des organisations (finance, stratégie, croissance rapide, marketing international) qu\'en politique. Ses activités extra-professionnelles lui ont permis de consacrer depuis plus d\'une dizaine d\'années l\'essentiel de ses recherches sur l\'Égypte ancienne. Son premier roman, Le Pharaon Inattendu, publié fin 2004 aux Ed. Menaibuc, a eu un accueil des plus chaleureux de la part de la critique spécialisée et du public demandeur d\'une littérature scénarisant les racines Noires de l\'Égypte pharaonique. Œuvre dense et profondément spirituelle, Le Pharaon Inattendu continue de susciter un engouement aussi fiévreux auprès des lecteurs qu\'à son premier matin. Des médias internationaux comme RFI, Africa N°1, Jeune Afrique, I Télévision, Télésud, Canal2, des sites Internet de nombreux pays suivis par la presse locale lui ont consacré de longues pages d\'analyses et de commentaires encensés.

Son nouveau roman, La Porte Secrète du Pharaon vient de paraître chez Les Éditions du Net. www.leseditionsdunet.com
Bonne lecture
(c) Le cercle des amis de l\'écrivain

Envoyer un mail à l'auteur
[ Mouelle2 ]
[ Mouelle2 ]
publicité
commentaire(s)
The voice of the mountain - La Voix de la Montagne zubvojtard (30/07/2013 14:44)

ewvyknpvfmmf3, <a...

Le Miroir des Mots LaMined'Or (10/11/2009 00:03)

Bonjour Votre blo...

Les Confidences du soleil Une femme ensoleillée (15/08/2007 09:04)

Bonjour cher Pharaon...

Ils m’ont rendu hommage Mouelle II (24/05/2007 00:09)

Merci mon très cher ...

Ils m’ont rendu hommage Bona Sawa (23/05/2007 11:26)

On apprecie la verve...

Elégie pour le mort qui meurt tous les jours Edgard Lamaert (22/05/2007 14:05)

A un moment où l...

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter de ce blog renseignez votre adresse mail :


mes catégories
Dictature (1)
Démocratie (1)
Histoire (1)
Géostratégie (1)
Humanisme (1)
Voter (1)
litterature urbaine (1)
Sociologie (1)
Egyptologie (1)
Spiritualit� (1)
Sartre (1)
Condition (1)
Le bonheur (1)
Articles précédents
Liste des articles
calendrier
«aout 2012»
LunMarMerJeuVenSamDim
01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31
archives
2012-08 (1)
2011-03 (1)
2010-09 (1)
2010-08 (1)
2010-05 (1)
2009-03 (1)
2008-12 (1)
2007-11 (1)
2007-10 (1)
2007-07 (1)
2007-05 (1)
2007-04 (3)
2006-12 (1)
2006-05 (10)
Mes blogs Mongenie préférés
De l'autre côté des fils barbelés
D'autres blogs sur monGenie
0N SE FAIT LA VIE PLUS BELLE -
Liberté Egalité Fraternité
READYTOPLAY
SOLIBLOG
ON VIT UNE EPOQUE FORMIDABLE !
Best Of
The voice of the mountain - La Voix de la Montagne

MANAGING THE INNOVATION PROCESS
Journaliste, consultant en communication, littéraire, conseiller d'affaires, poète... Thierry Mouelle II est un multicartes
Indépendance*
Visites depuis

Le début du mois : 260

Le mois dernier : 238

L'ouverture du blog : 49410


** ** © Learnorama - conditions générales - développé par Learnorama - Contact